J.P.Morgan AM prône l'introduction de matières premières dans un portefeuille

le
0
(NEWSManagers.com) - Une allocation de 5 % à 10 % aux matières premières permet d' améliorer l' efficience d' un portefeuille à long terme, estime J.P.Morgan Asset Management dans une récente étude (*).
Cette conclusion a été obtenue à partir d' une étude de cas réalisée par l' équipe Conseil en stratégie d' investissement (SIAG) sur un portefeuille hypothétique d' un montant de 1 milliard de dollars investi pour 30 % dans des obligations, 55 % dans des actions et 15 % dans des placements alternatifs (hedge funds, capital investissement et immobilier). Et ce, en utilisant un modèle censé mieux saisir le risque de pertes associé aux anomalies du marché qui, bien que rares, surviennent de manière plus fréquente que supposé dans de nombreux modèles prévisionnels. Ainsi, à la place de l' écart type, la value at risk conditionnelle - définie ici comme la perte réelle moyenne (ou le gain) dans les 500 pires scénarios - a été utilisée.
Le résultat diffère néanmoins selon la part du portefeuille impartie aux matières premières (au travers de l' indice S&P GSCI) mais aussi en fonction de la poche qui a été ponctionnée pour faire de la place à ces dernières.
Ainsi, une allocation de 5 % en matières premières avec une réduction correspondante de la part dédiée aux hedge funds augmenterait en théorie le rendement de 20 millions de dollars sans modification du risque. Si ces 5 % avaient été transférées à partir de la poche capital investissement, le rendement espéré du portefeuille serait plus faible que celui du portefeuille de base de départ, mais le niveau de risque serait également moins élevé.
Il y a toutefois un niveau où l' allocation aux matières premières devient contre-productive. Ainsi, une allocation supérieure à 15 % (et même 5 % dans certains cas) peut ne pas aboutir à des rendements meilleurs que ceux prévus initialement en raison d' une volatilité beaucoup plus élevée.
Si pour réaliser cette analyse, J.P.Morgan AM est parti de l' hypothèse qu' un investissement en matières premières s' effectuait généralement par le biais d' un indice, la société de gestion estime néanmoins que l' adoption d' une stratégie de gestion active peut permettre d' obtenir des rendements plus élevés. En effet, les recherches de la société de gestion montrent que " les corrélations entre les matières premières tendent à être faibles, compte tenu de facteurs très spécifiques du côté de l' offre et de l' élasticité de la demande" . Et " c' est en raison de ces faibles corrélations qu' une rotation active parmi les différents secteurs de matières premières peut permettre de dégager des rendements plus réguliers que ceux qu' il est possible d' obtenir d' un investissement dans un panier large de matières premières au travers d' un indice" .
L' étude de J.P.Morgan AM montre enfin que les matières premières peuvent offrir une protection contre l' inflation. Mais même dans un contexte déflationniste, les investisseurs pourraient profiter de positions vendeuses.

* Matières premières, quelle place dans l' allocation d' actifs ?

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant