"J'en ai rien à foutre que Bournemouth ne soit pas dans les favoris"

le
0
"J'en ai rien à foutre que Bournemouth ne soit pas dans les favoris"
"J'en ai rien à foutre que Bournemouth ne soit pas dans les favoris"

De retour sur les pelouses depuis un mois, buteur il y a quelques semaines pour la première fois de la saison face à Swansea, Max-Alain Gradel a du temps à rattraper. Du coup, l'ancien Stéphanois a accepté de revenir sur quelques points de sa carrière, entre sorcellerie, CAN gagnée et troisième division anglaise.

Salut Max-Alain. Tu es revenu sur les terrains le 27 février dernier, après une absence de six mois due à une rupture des ligaments. Comment as-tu vécu ces mois difficiles ? Je m'étais déjà fait une blessure similaire il y a deux ans, à l'autre genou. Cette fois-ci, je l'ai donc vécu plus facilement, je savais déjà comment ça allait se passer, c'est comme si j'étais prêt mentalement.

C'est quoi le plus dur à vivre quand on est blessé ? « Quand tu lâches dans ta tête, c'est difficile de reprendre le train en marche. » Le travail physique est éprouvant, mais ce n'est pas le principal. Le plus dur, c'est d'arriver à se reconstruire un mental. Dans ces moments de solitude, il suffit d'un moment de faiblesse pour tout abandonner. Quand tu lâches dans ta tête, c'est difficile de reprendre le train en marche.

Savoir encaisser les coups durs, c'est ta force ? Oui. On peut me trouver plus ou moins bon sur un terrain, mais la seule chose qu'on ne peut pas m'enlever, c'est mon mental. C'est ma plus grande qualité de footballeur. Un mental, ça se forge soi-même, ça ne se vend pas au marché. Quand je suis revenu de ma première blessure, je suis allé au Mondial, puis j'ai fait ma meilleure saison à l'AS Saint-Étienne avant d'enchaîner sur la CAN... Pour faire ça, il faut vraiment être costaud. Je dis ça preuve à l'appui, ce ne sont pas des paroles en l'air.

Rupture des ligaments croisés pour Gradel
Tu as pensé quoi des journaux ivoiriens et britanniques qui ont assuré que tes blessures sont liées à une histoire de sorcellerie ? D'après le Sun, ta famille t'aurait marabouté suite à une embrouille avec ta sœur… (Il sourit) Ah, moi aussi, j'ai lu cet article, ça m'a fait marrer. Ils disent que ma famille m'a envoûté pour me punir, que je me suis disputé avec ma sœur et mes oncles. C'est n'importe quoi ! Nabil Fekir s'est fait les croisés en début de saison. Est-ce qu'il a lui aussi été envoûté par sa…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant