"J'aurais bien aimé marquer plus de buts"

le
0
"J'aurais bien aimé marquer plus de buts"
"J'aurais bien aimé marquer plus de buts"

Arrivé en Espagne depuis cette année, Daniele Bonera profite de la grosse saison de Villarreal pour apporter son savoir à la nouvelle génération du sous-marin jaune. Quand on était aux côtés des légendes comme Paolo Maldini, Alessandro Nesta ou Cafu au Milan AC, on peut se le permettre.

Salut Daniele ! Comment ça va en Espagne ? Tout va bien ! C'est une belle expérience. Après tant d'années en Italie, j'ai pensé vivre de nouveau ces émotions liées au football. C'est différent du style italien, mais c'est plus spectaculaire. J'y suis très bien avec ma famille, la vie est plus simple que ce que j'ai connu jusqu'ici. On joue au foot sans pression.

Et la langue, tu t'en sors ? Ça va, c'est assez facile à apprendre. Je comprends rapidement les autres, donc ça, ça va. Mais pour parler, il me faut encore un peu plus de temps. Ici, ils sont tous liés à la culture de Valence, donc ils parlent du dialecte. Mais la plupart du temps, ils utilisent le castellano.

Tu as déjà appris des mots en espagnol ? Oui, bien sûr. Je parle toute la journée avec mes équipiers en espagnol. En tout cas, j'essaie, car je n'y arrive pas bien. (rires)

Quelles étaient les raisons de rejoindre Villarreal ? J'ai fait deux ans à Brescia, la ville où j'ai grandi. « J'ai fait neuf ans au Milan où j'ai réalisé tous mes rêves. En plus, c'est l'équipe que je supporte depuis que je suis petit. » Ensuite, j'ai passé quatre ans à Parme qui était à ce moment-là une équipe très ambitieuse. Puis j'ai fait neuf ans au Milan où j'ai réalisé tous mes rêves. En plus, c'est l'équipe que je supporte depuis que je suis petit. J'avais déjà remporté un tas de trophées et j'avais besoin d'une expérience différente. J'avais reçu quelques offres de clubs italiens, mais je n'étais pas convaincu. Et quand tu n'es pas convaincu, il vaut mieux attendre. Finalement, fin août, j'ai eu cette opportunité de rejoindre Villarreal. J'ai décidé ça en vingt minutes avec ma famille ! Maintenant, je m'y trouve bien. Et c'est un club qui a un projet avec beaucoup de jeunes. Ils avaient aussi besoin de joueurs qui puissent apporter leur expérience pour les encadrer.

Tu as dû revoir ta manière de jouer pour t'adapter au foot espagnol ? Au début, j'ai eu quelques difficultés à m'habituer au jeu espagnol… Ici,…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant