« J'aimerais qu'il s'amuse un peu plus »

le
0
« J'aimerais qu'il s'amuse un peu plus »
« J'aimerais qu'il s'amuse un peu plus »

Jamie Murray (30 ans) a vu son frère garder sa place de n° 1 mondial hier après sa victoire en deux sets (6-3, 6-4) face à Djokovic en finale du Masters. Témoin et partie prenante d'une success story improbable pour deux gosses venant d'une petite ville écossaise de 10 000 habitants, au nord de Glasgow.

 

Deux frères devenus n° 1 mondiaux -- Andy en simple, Jamie en double --, venant de Dunblane en Ecosse : faut-il parler de miracle ?

JAMIE MURRAY. C'est incroyable. On a commencé à jouer quand on avait 3 et 4 ans sur les courts en gazon artificiel de notre club local. Notre mère y était coach, mais jamais elle n'a pensé en nous confiant une raquette qu'on deviendrait n° 1 ! Il n'y a aucune tradition de tennis en Ecosse. On a eu la chance de vivre à dix minutes de l'université où ils venaient de construire des courts de tennis indoor. Et aujourd'hui, Dunblane, c'est l'épicentre du tennis mondial ! (Il explose de rire.)

 

A quel point votre famille a-t-elle été décisive dans vos parcours ?

Il y a eu beaucoup de sacrifices à faire. Ma mère était l'entraîneur national donc elle devait conduire tous ces gamins partout. Chez nous, c'était aussi toute une organisation : on terminait l'école, nos grands-parents nous emmenaient à l'entraînement puis à la maison où notre père prenait le relais en rentrant du boulot. Sans eux, rien n'aurait été possible.

 

On connaît le rôle de Judy, votre mère...

Elle a été très intelligente, a demandé des avis extérieurs, a tout fait pour trouver suffisamment d'argent aussi car ça coûte tellement cher. Son salaire d'entraîneur national n'était pas très élevé, et notre père avait un travail normal (NDLR : commercial). On ne nous a jamais forcés à jouer au tennis. C'est important car on voit tellement de parents aujourd'hui qui poussent encore et toujours leurs enfants parce qu'ils voient ça comme leur rêve à eux. Les gosses n'aiment pas ça et finissent par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant