"J'aimerais bien être Lavezzi?"

le
0
"J'aimerais bien être Lavezzi?"
"J'aimerais bien être Lavezzi?"

Vagabondant de tournage en festival, Felix Moati n'en demeure pas moins un amoureux du ballon rond. Interview avec un homme qui se démerde toujours pour voir les matchs malgré son emploi du temps.

Quel est ton rapport au foot ?
Moi, je suis ému par le foot. Il y a un sentiment collectif qui me touche. Même si je sais que c'est artificiel et un peu bidon, c'est un des rares espaces où on peut encore créer du lien.

En 2002, ton père avait peur que t'ailles au stade à cause des attentats. Aujourd'hui, tu vas encore au stade ?
Non, mais pas par peur des attentats. Aller au stade, ça prend trop de temps. En plus, je suis un peu agoraphobe. Dès qu'il y a trop de monde, je ne sais plus où j'habite. Il y a trop de contrôles, tu te fais fouiller 10 000 fois. Et puis le côté "odeur de la pelouse"… Non non, j'irai dans un bar pour boire des bières et fumer une clope quand j'en ai envie. On va y aller à fond avec mes potes.

Et t'as un pronostic pour la compétition ?
La Belgique. Ils sont très très forts. C'est fabuleux de voir jouer Eden Hazard. Les footballeurs nous renseignent sur eux-mêmes. Hazard joue comme s'il était l'enfant chéri de ses parents. Il a la puissance de l'enfant protégé, il peut tout se permettre. Pour la finale, ce serait fabuleux d'avoir un France-Belgique. Après, les footballeurs ne sont pas nos anxiolytiques face à la tragédie. Mais c'était tellement une année de merde, franchement. En plus, il y aurait un truc un peu consanguin, un truc de voisins. Je pense qu'il faut prendre tout ce qui peut créer du lien. Même si fin juillet, on se retape sur la gueule. Cet Euro, c'est de l'opium, alors prenons.


T'y crois pour l'équipe de France ?
Moi, j'y crois, on a une belle équipe. Avec Coman qui court comme une gazelle et qui te fait 100 mètres en quatre secondes, Griezmann qui est très fort, Pogba… Et puis je suis fan de Matuidi. Le raccourci est facile, mais c'est une espèce de Makelele. Le mec n'est pas né comme nous, il a 18 poumons. Arrête de courir comme ça, t'es jamais fatigué ? Malgré tout, on est forcément sceptiques. Dis-moi si un Français a déjà cru en l'équipe de France. Ça n'est jamais arrivé. En 1998, personne n'y croyait… J'avais 8 ans à l'époque, c'était incroyable. C'est quand même un événement qui a…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant