« J'ai un peu tangué sur le dancefloor »

le , mis à jour à 06:14
0
« J'ai un peu tangué sur le dancefloor »
« J'ai un peu tangué sur le dancefloor »

« C'est vrai que la vie avec Matthieu, ça me change de mon écrin douillet. A l'heure où je vous parle, je suis en train de découvrir le McDo et les lendemains de soirée agitée. Mon nouveau meilleur ami est un Français, barbu et sympa, qui fait du canoë avec son pote Gautier. ll était tellement content de me voir et de m'accrocher autour de son cou qu'il m'a dit que j'avais la « saveur de l'or ».

 

» Flatteur, va... mais j'avoue que le compliment m'a un peu fait rougir, moi qui ne suis qu'en bronze. Avant de faire connaissance à Rio, je lui avais posé un lapin, quatre ans plus tôt, à Londres. A la dernière minute. Pas classe. Mais Matthieu n'est pas rancunier. Pour notre première sortie, il m'a fait découvrir le Club France et sa traditionnelle tournée médiatique : on m'a beaucoup prise en photo et vous m'avez sûrement vue à la télé.

 

Couchée à 4 h 30, levée dès 6 heures...

 

» Ensuite, j'ai dîné avec ses proches et avec la « tribu », comme il dit, du canoë-kayak. Il y avait ses parents, sa femme, sa soeur, et sa fille d'à peine 1 an, qui m'a tout de suite prise dans ses mains. Puis est venu le moment de fêter ça : j'ai un peu tangué sur le dancefloor, mais c'était chouette. Les autres médaillés du jour étaient aussi de la partie. Denis Gargaud, sacré champion olympique la veille, était particulièrement en forme. Le réveil a été un peu plus délicat. Couchée 4 h 30, levée 6 heures... Je découvre les nuits quasiment blanches, mais, sans vouloir me flatter, j'étais dans un état impeccable. De toute façon, on n'avait pas le choix, je devais être en plateau pour une interview à 13 heures, heure française. Je quitte Rio lundi pour découvrir la France et d'autres visages qui seront, eux aussi, très contents de faire ma connaissance.

 

» Mais je ne pars pas seule : ma soeur jumelle, qui pend au cou de Gauthier Klauss, n'est jamais très loin et quelque chose me dit qu'on ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant