« J'ai toujours voulu aller le plus haut possible »

le
0
« J'ai toujours voulu aller le plus haut possible »
« J'ai toujours voulu aller le plus haut possible »

Lucas Digne est heureux et cela saute aux yeux. Le nouveau latéral gauche de Barcelone vient de s'installer dans un superbe appartement, au nord de la cité catalane, à dix minutes du centre d'entraînement et à cinq de son grand pote Samuel Umtiti, l'autre recrue tricolore estivale du Barça. Les deux acolytes ont rallié Clairefontaine, lundi matin, pour un rassemblement marqué par l'absence de Patrice Evra, une première depuis novembre 2014. De quoi ouvrir de nouvelles perspectives à l'ancien Parisien, habituelle doublure du Turinois.

 

A 23 ans, avez-vous le sentiment de débuter la saison la plus importante de votre carrière ?

LUCAS DIGNE. Mais elles sont toutes importantes ! Voici un an, il y avait la perspective de l'Euro en France, deux ans plus tôt, on pensait déjà au Mondial. C'était des objectifs et j'avais déjà des choses à prouver en club. Il faut toujours se remettre en question.

 

Mais rejoindre Barcelone ce n'est quand même pas neutre ?

C'est un immense défi. Il s'agit du plus grand club du monde. Mais j'ai envie de réussir là-bas. J'ai été hyper bien accueilli. Le premier jour, dans le vestiaire, j'étais assis à côté de Marc (le gardien Marc-André Ter Stegen). Il m'a donné son numéro de téléphone et m'a dit de l'appeler pour quoi que ce soit. Au club, tout est organisé pour nous rendre la vie facile. On fait partie de la famille.

 

Vous vous débrouillez en espagnol ?

Je prends des cours d'espagnol et de catalan avec le même prof que Sam (Umtiti). Il vient plusieurs fois par semaine et ne parle pas un mot de français, donc, il faut s'accrocher. Je comprends presque tout, mais j'ai encore du mal à parler car je confonds souvent avec l'italien. Tout le monde fait l'effort de nous parler calmement, car ils apprécient qu'on fasse la démarche d'apprendre vite. Après pendant les matchs, le coach (l'Espagnol Luis Enrique, entraîneur de l'AS Roma en 2011-2012) me crie dessus en italien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant