«J'ai envie de te faire une Baupin» : une réflexion adressée hier soir à une élue LR

le
1
«J'ai envie de te faire une Baupin» : une réflexion adressée hier soir à une élue LR
«J'ai envie de te faire une Baupin» : une réflexion adressée hier soir à une élue LR

L'affaire Baupin, député écologiste accusé lundi de harcèlement par huit élues et militantes, après le dossier Sapin, qui aurait eu des gestes déplacés à l'égard d'une journaliste : les femmes, surtout en politique, espéraient  que les hommes changent. Visiblement non, à lire le récit d'une « scène de la vie politique ordinaire » qu'Aurore Bergé a posté dans la nuit de lundi à ce mardi sur les réseaux sociaux.

L'élue LR de Magny-les-Hameaux (Yvelines), proche d'Alain Juppé, participait lundi soir, quelques heures après la démission de Baupin de son poste de vice-président de l'Assemblée, au conseil d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines au cours duquel devaient être désignés le président et ses vice-présidents. « Pendant les dépouillements, je pars échanger avec certains élus. Je suis accueillie par un quand je te vois, j'ai envie de te faire une Baupin. J'ai passé la journée à lire les témoignages de celles qui ont osé parler. A les relayer. Et à espérer que cela participe à changer les comportements ». Un autre élu, écrit-elle, qui a l'âge d'être son père, fait un jeu de mots grossier avec son nom : « Quand on voit Aurore, on a le bâton de berger ».

Et la jeune femme, « sidérée, bloquée », de s'interroger : « Tu lui fous une claque ? Tout le monde te regarderait. Tu ne ris pas ? Tu n'es décidément pas faite pour la politique. Et puis, c'est drôle, non ? C'est un bon mot après tout. Tu te regardes. Tu te dis que tu n'aurais pas du porter ce chemisier. Instinctivement, tu te caches, tu te couvres comme si c'était toi la coupable ».

Visiblement, ces quelques élus des Yvelines n'ont pas pris la mesure des révélations qui ont été faites, non plus, surtout, du souhait ardent que ces affaires changent les comportements, quel que soit le milieu ou le métier. « On a le droit de ne pas avoir envie de ces remarques graveleuses, de ces gestes déplacés, sans pour autant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm il y a 7 mois

    Ces femmes devraient denoncer les personnes au comportement indecent et exposer leurs messages ou SMS sur la place publique.