« J'ai dormi avec lui, dans ses bras »

le , mis à jour à 06:19
0
« J'ai dormi avec lui, dans ses bras »
« J'ai dormi avec lui, dans ses bras »

« À l'heure où vous me lisez, je suis encore bien accrochée, cachée sous sa veste quelque part au-dessus de l'Atlantique. J'ai déjà quitté Rio. Il n'y a pas eu besoin de taxe de surcharge à l'aéroport pour m'envoler : je ne pèse que 500 g. Tout juste ai-je fait biper en passant les portiques de sécurité à l'aéroport. Ce sont peut-être mes 6 g d'or pur qui ont affolé la sécurité. Ça fait cent quatre ans déjà que moi et mes ancêtres ne sommes plus composées d'or pur. Si mon maître veut me vendre à l'arrivée, il en tirera au cours du jour environ 500 €. Mais je doute qu'il le fasse car je suis trop précieuse. Je n'ai pas de prix.

 

Qui suis-je ? La médaille d'or du cavalier de concours complet Astier Nicolas, le premier Seigneur des anneaux tricolore. Il m'a gagné avec ses trois copains de l'équipe de France. Oui, j'ai déjà quitté Rio, direction la France et la Normandie où Astier est attendu pour un nouveau concours, au Haras du Pin, tout près de chez lui. J'imagine l'accueil qu'on va recevoir là-bas : je vais encore être pleine de taches de doigts.

 

Pour ce long vol du retour, je ne voyage pas seule. J'ai ma copine avec moi, la médaille d'argent qu'Astier a gagnée tout seul. Elle est un peu jalouse, on ne parle pas beaucoup d'elle depuis deux jours. C'est à moi que reviennent tous les honneurs. C'est toujours comme ça. Ca ne me déplaît pas. Mais ça fait du bien de se reposer un peu.

 

Parce que depuis mardi, Astier m'en a fait voir de toutes les couleurs. Je l'aime bien celui-là : il a une bonne bouille. Il est sympa, souriant, disponible. Il est jeune et vit avec son temps. L'autre soir, à l'aube chez vous en France, après les sollicitations d'usage, il a failli me donner le mal de mer en me secouant dans tous les sens. Il a joué au DJ au Club France au son de All Night Long de Lionel Richie. J'ai bien aimé. On va bien s'entendre tous les deux : il n'a pas l'air de se prendre pour un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant