" J'ai découvert l'existence de Patrice Carteron par Téléfoot ! "

le
0
" J'ai découvert l'existence de Patrice Carteron par Téléfoot ! "
" J'ai découvert l'existence de Patrice Carteron par Téléfoot ! "

Quand son homonyme coache en RDC, lui s'entraîne dans le stade des féminines de Juvisy pour préparer son prochain combat contre le Bosnien Dževad Poturak. Champion de Muay Thai, le vrai Patrice Quarteron reçoit dans une salle de boxe à Rosny-sous-Bois. Interview poings serrés, entre Anelka, Cantona, et quelques douceurs pour la Benz' - le tout sur un fond de Marseillaise.

Quel est ton rapport au foot ? C'est tout simplement ce qu'on faisait dans le quartier. Ambiance Olive & Tom. Après, j'ai joué pour le club de Grigny. J'évoluais 8, 6 et 4, stoppeur. À l'époque, j'étais déjà plus grand que les autres. Je frappais fort mais j'avais pas la technique et les entraîneurs non plus (rires). J'étais fan de Papin, de Waddle et d'Abedi Pelé.

Donc t'es plutôt Marseillais… Bah oui ! C'est le vrai club cosmopolite. C'était le premier club à nous faire rêver, le premier champion d'Europe, avec le but de Boli, on s'en souviendra toute notre vie. Nous, à Grigny, c'était Marseille, Marseille, Marseille. Tu sais pourquoi j'étais pas PSG ? J'ai encore le souvenir de 95. J'oublierai jamais quand ces chiens de la tribune Boulogne ont shooté un Noir qui était rentré sur le terrain. Ça m'est resté en tête, je me suis dit que je ne supporterai jamais le PSG.

​Mais, dans les années 90 et 2000, en face de Boulogne, le Virage Auteuil s'est développé autour de cette idée de mixité et de diversité. Et depuis 2010, le très critiquable Plan Leproux a au moins eu le mérite d'éradiquer complètement le racisme au Parc des Princes… Si ça a changé, ça prouve que c'est une grande hypocrisie, que finalement, on pouvait le faire avant mais que ça plaisait bien de laisser tous les fachos installés tranquillement. À Marseille, ça n'a jamais été comme ça. Il y avait des joueurs qui venaient de partout, pas des "ouh ! ouh ! ouh !". (il mime un singe) Commercialement, ça ferait bien de dire que je suis pour le PSG mais je m'en fous, je n'oublierai jamais. Si on m'invite, peut-être que je pourrai y aller, mais tu feras pas de moi un supporter. Les gens qui vont là-bas, c'est pour faire leur baratin, c'est pas pour moi.

T'es déjà allé au Parc ? Non. À cause des fachos, jamais j'aurais pu mettre les pieds là-bas. Et nous, tu sais, on n'avait pas d'argent à la Grande Borne. Après, quand j'ai eu les moyens, j'avais pas le temps. Si, j'ai dû y aller une fois, c'était pour voir l'équipe de France.

Des joueurs te suivent et sont susceptibles de venir te voir ? Apparemment, Anelka veut assister à mon combat et me…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant