« J'adorerais être un joueur de NBA »

le , mis à jour à 06:06
0
« J'adorerais être un joueur de NBA »
« J'adorerais être un joueur de NBA »

Médaillé d'argent au décathlon lors des Jeux olympiques, Kévin Mayer est revenu de Rio affaibli par un virus. Hier, en fin d'après-midi, il s'est tout de même prêté dans nos locaux au jeu des dix questions pour un décathlonien, tout en espérant que sa performance au Brésil mette en lumière son sport : « Il faut que les gens se rendent compte de la beauté du décathlon. »

1- Quelle a été votre plus grande émotion aux Jeux, indépendamment de votre médaille d'argent ?

« J'ai eu la chance de vivre le 200 m de Christophe (Lemaitre) depuis la zone média. Au moment où il passe la ligne, je suis le seul à voir qu'il est sur le podium. Tout le monde dit qu'il est quatrième, mais j'ai bien regardé, j'étais en face de la ligne et je l'ai vu devant. Vivre ça, en direct, c'était vraiment beau. »

2- Quel a été le message de félicitations le plus touchant que vous ayez reçu ?

« J'en ai manqué plein (NDLR : Il s'est fait voler son téléphone à Rio), mais celui de Romain Barras (ancien champion d'Europe) m'a touché. Il a été mon grand frère pendant tout le début de ma carrière. Il m'a dit que je rentrais dans le panthéon du décathlon, que je marquais l'histoire du décathlon et celle du décathlon français. Il m'a ensuite dit qu'il n'avait jamais vu quelqu'un se transcender autant pour faire un décathlon parfait. Il était fier de moi. »

3- Avez-vous constaté un bond des abonnés sur les réseaux sociaux depuis votre médaille ?

« Oui et je suis désolé, mais je ne répondrai pas à tous les messages. C'est impossible. J'ai dû en recevoir 10 000 ou 20 000 sur Facebook où je suis passé de 50 000 à 90 000 abonnés. C'est exceptionnel, et je suis content pour le décathlon et pour moi-même. »

4- Vous êtes vice-champion olympique et vice-champion d'Europe. Avez-vous d'autres vices ?

«  (Rires.) J'ai le vice de n'être que vice-champion à chaque fois. Je suis un très bon vivant, un peu trop ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant