IVG : l'UMP silencieuse face à la régression espagnole

le
0
Un passant devant le siège de l'UMP à Paris.
Un passant devant le siège de l'UMP à Paris.

Le projet de loi du gouvernement espagnol mené par Mariano Rajoy, approuvé par le Conseil des ministres, qui prévoit de supprimer, sauf dans des cas exceptionnels*, le droit à l'avortement, a reçu un accueil inégal chez nos responsables de droite et de gauche. Le Parti socialiste a immédiatement condamné cette mesure dans un communiqué et appelé à manifester "contre la loi anti-IVG du gouvernement conservateur espagnol", dixit la sénatrice Laurence Rossignol, membre de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes. Dimanche dernier, la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, avait déjà exprimé sa "vive préoccupation". Même son de cloche au Parti de gauche et chez Europe Écologie-les Verts, dont les bannières flottaient vendredi dernier lors de la manifestation contre le projet de loi qui avait lieu devant l'ambassade d'Espagne à Paris. Dans son communiqué, le PS ne s'est pas privé de dénoncer le silence de l'UMP, "qui siège aux côtés du Parti populaire espagnol au sein du Parti populaire européen". "Le plus grand génocide sur 100 ans" Mais du côté de l'UMP, la seule réaction médiatique fut un tweet "godwinien" de Jean-René Laget, délégué régional et départemental des Jeunes de la Droite populaire, un courant de l'UMP, dans les Alpes-Maritimes. Sur le réseau social gazouillant, le jeune homme a apporté son soutien à l'Espagne, qui refuse de participer "au...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant