IVG : "à titre personnel", Annie Ernaux répond à François Fillon

le , mis à jour le
6
Dans L'Événement, paru en 2000, Annie Ernaux raconte un avortement sauvage, dans les années 60.
Dans L'Événement, paru en 2000, Annie Ernaux raconte un avortement sauvage, dans les années 60.

Le Point : La question de l'avortement revient dans le débat politique à l'occasion de la primaire de droite. Qu'est-ce que cela vous inspire, vous avez pris trois décennies pour livrer votre histoire dans L'Événement ?

Annie Ernaux : Lorsque j'ai écrit L'Événement, en 2000, j'avais l'impression de raviver une mémoire morte. On était passé à l'IVG, on pensait que tout cela était derrière nous depuis la loi Veil. Mais il y a eu autour de ce livre une sorte de silence tacite. Comme si la réalité d'un avortement sauvage, dans les années 60, était inconvenante. Comme s'il ne fallait pas parler de ça. Il y a eu un silence difficile à supporter pour moi. On préfère occulter ce qui concerne seulement les femmes. Mais, seize ans plus tard, en 2016, je ne pensais pas entendre en France un homme ? François Fillon, qui a été Premier ministre et qui se présente aux présidentielles ? faire état, « à titre personnel », du fait qu'il est « contre l'avortement »? Imaginerait-on un homme politique ne pas remettre en cause la suppression de la peine de mort, mais dire qu'il est pour, « à titre personnel » ? Pourrait-on imaginer cela ? D'autant qu'il n'a pas osé dire qu'il était contre la loi sur le mariage pour tous, « à titre personnel ». Parce que le droit qui concerne les femmes est toujours celui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • DanVhv le vendredi 25 nov 2016 à 09:31

    Les blocages sont durs à faire sauter, dans une société de type patriarcale dont nombre d'individus sont vrmt machistes... Le corps des femmes leur appartient. C'est à elles de décider en priorité. Et comme dit Mme Ernaux, l'avortement a tjr existé... C'est l'hypocrisie ambiante qu'il conviendrait de démasquer au lieu de pointer les femmes svt abandonnées dans de tels moments.

  • M7163258 le vendredi 25 nov 2016 à 09:13

    C'est étrange comme les bienpensants plus particulièrement de gauche et bobos défendent les communautés musulmanes et parfois les islamistes qui sont homophobes et anti-avortement qui mettent pour une bonne part la charia au-dessus des lois républicaines, qui viennent attaquer un homme, foncièrement républicain, qui ose exprimer sa conviction personnelle tout en défendant la loi et l'expression de la majorité...Il montre l'exemple...

  • M415325 le vendredi 25 nov 2016 à 08:55

    tout individu normal ne peux être que contre l avortement, mais la dureté de la vie nous impose un droit donné aux femmes d' y avoir accès , on peut comprendre Fillon sans le condamner

  • M3121282 le vendredi 25 nov 2016 à 08:48

    c'est frk987 qui est lui bien "bas de plafond" mais c'est dans sa nature

  • frk987 le vendredi 25 nov 2016 à 08:13

    Les politicards ont quand même le droit d'avoir des avis personnels qui n'engagent qu'eux. Quant à les faire appliquer par une loi c'est une toute autre affaire. un peu butée la bonne femme !!!!

  • jp.magne le jeudi 24 nov 2016 à 21:07

    je ne suis pas homme politique ! et je n'ai pas envie de remettre en cause le droit à l'avortement; mais par contre celui contre la peine de mort : oui !!!comme quoi, quand on ne demande pas "directement" l'avis à son pays sur les question sociétale, comme la gauche sait le faire ! il ne faut pas s'étonner que les convictions résistent ...