Ivanovi?, le grand perdant

le
0
Ivanovi?, le grand perdant
Ivanovi?, le grand perdant

Avec Willian, Branislav Ivanović est la principale victime du nouveau système d'Antonio Conte. Alors qu'elle semblait pouvoir lui redonner une seconde jeunesse, la défense à trois précipite au contraire la chute du Serbe. Qui flanche petit à petit depuis quelques années.

Si vous avez suivi Bournemouth-Chelsea le week-end dernier, vous l'avez peut-être remarqué. Mais si vous êtes passé à côté sur le coup, un de vos potes, lui, n'a pas manqué de le souligner. "Tiens, il est encore vivant, lui ?", s'est-il interrogé, en observant Branislav Ivanović prendre la place de Victor Moses à la 89e minute de la rencontre, histoire de défendre le petit but d'avance des Blues. Une question aussi provocatrice que cohérente, quand on sait que le défenseur n'était plus apparu sous le maillot de Chelsea depuis presque un mois, lors d'un déplacement à Southampton durant lequel il avait remplacé… Victor Moses à la 87e minute de la rencontre, histoire de défendre les deux petits buts d'avance des Blues. Avant ces quelques secondes disputées, il faut remonter au 24 septembre pour retrouver Ivanović. Lors de la raclée reçue à Arsenal (3-0).

Le déclic Arsenal


Arsenal-Chelsea. LE match qui a servi de déclic à Antonio Conte pour enfin faire bouger les choses. Devant le spectacle immonde proposé par ses hommes, notamment ceux du secteur défensif, le technicien italien prend conscience de la réalité : pour avancer avec cette équipe, il va falloir repartir de zéro tactiquement parlant et procéder à des sacrifices. La deuxième mi-temps contre les Gunners, qui ont alors déjà inscrit leurs trois pions, est l'occasion de réaliser le premier test du 3-4-3. Depuis, ce schéma n'a pas bougé, Chelsea a gagné six fois en autant de matchs, est devenu leader et n'a pas encaissé le moindre but. Avec un Ivanović relégué sur le banc et entré seulement deux fois en fin de partie.


Avant Arsenal, le Serbe était pourtant considéré comme un titulaire indiscutable. Aligné d'entrée lors des six premières journées, Branislav était le propriétaire du couloir droit de l'équipe londonienne. Et pour cause : cadre incontesté du club – joueur le plus ancien de l'effectif après John Terry et Obi Mikel –, celui

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant