Italie : une victoire à la Pyrrhus pour Matteo Renzi

le
0
Matteo Renzi a remporté les deux élections partielles, mais son électorat déserte les urnes.
Matteo Renzi a remporté les deux élections partielles, mais son électorat déserte les urnes.

"Nous avons remporté les deux régions en jeu : 2 à 0, c'est une victoire." Le commentaire de résultats électoraux est un exercice qui relève souvent de la langue de bois, mais en saluant ainsi la victoire des candidats du Parti démocrate (PD) aux élections régionales partielles en Calabre et en Émilie-Romagne, Matteo Renzi a poussé le bouchon trop loin. En effet, il n'échappe à personne qu'il s'agit d'une victoire à la Pyrrhus. C'est surtout en Émilie-Romagne, fief communiste depuis l'après-guerre, que le succès du Parti démocrate a en réalité la saveur d'une débâcle.

En effet, si le candidat de gauche l'emporte avec 49 % des voix, seuls 38 % des électeurs se sont rendus aux urnes, contre 68 % lors des précédentes élections régionales en 2010. Le Parti démocrate a ainsi obtenu près de quatre fois moins de voix qu'en 2010 et deux fois moins que lors des élections européennes en mai dernier. L'analyse est implacable : ce sont les électeurs de gauche qui se sont abstenus pour sanctionner le président du Conseil. Ils lui reprochent son virage social-libéral et le bras de fer qu'il a entamé avec les syndicats sur la flexibilité du marché du travail. Ainsi, à Bettola, ville natale de Pier Luigi Bersani, l'ancien leader du PD qui s'oppose à la mutation de son parti en "New Labour" italien, l'abstention a atteint 77 %. La lune de miel entre l'ancien maire de Florence et sa base est bel et bien terminée.

Le scénario d'élections...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant