Italie: un prêtre dansant met #2popesaints sur internet

le
0
Italie: un prêtre dansant met #2popesaints sur internet
Italie: un prêtre dansant met #2popesaints sur internet

Un prêtre et quatre paroissiens dansent sur une célèbre place de Rome devant des touristes médusés et des petits Français en voyage de classe qui commencent eux aussi à bouger au rythme de la musique.Cette scène est tournée pour une campagne lancée sur les médias sociaux à l'occasion de la canonisation dimanche de Jean XXIII et Jean Paul II, et qui illustre bien la nouvelle approche du Vatican envers internet.Le projet #2popesaints a été lancé par le père Stefano Cascio, du vicariat de Rome, entouré d'étudiants, paroissiens et volontaires pleins de bonne volonté et de créativité."Nous voulions nous adresser aux jeunes qui ont entre 15 et 30 ans et qui ne connaissent pas bien, ou pas du tout, ces deux papes", explique à l'AFP père Cascio.Une précédente vidéo de père Cascio avec des fidèles de sa paroisse, un barman et des religieuses qui dansent sur le rythme de "Happy" de Pharrell Williams a fait un carton sur internet avec 84.000 vues sur YouTube."L'Eglise est déjà active sur les médias sociaux mais la nouveauté c'est qu'il s'agit cette fois-ci d'une campagne faite par des jeunes pour des jeunes", ajoute père Cascio.Le Vatican est présent sur Facebook et Twitter mais #2popesaints va plus loin, il entre sur Instagram et Google+, et se veut interactif.Le pape émérite Benoît XVI a reconnu en premier l'utilité d'internet comme lieu de "dialogue et de débat" et a envoyé le premier tweet papal en 2012 depuis le compte @pontifex - le titre du pape en latin.Avec l'élection de son successeur, le mouvement s'est accéléré : François compte désormais plus de 13 millions de "followers" et diffuse ses tweets en neuf langues, dont l'arabe et le latin."Même une petite phrase de 140 caractères", le maximum autorisé par Twitter, "peut atteindre le coeur des personnes", relève le père Cascio.- l'Eglise est dans le coup - Selon le prêtre, l'idée de toucher des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant