Italie : un été de chien pour Matteo Renzi

le
0
Les projets de Matteo Renzi, le réformiste président du Conseil italien, ne se passent pas comme prévu...
Les projets de Matteo Renzi, le réformiste président du Conseil italien, ne se passent pas comme prévu...

C'est une météo très maussade que l'été politique réserve à Matteo Renzi. Le premier orage a été déclenché par Carlo Cottarelli, le haut fonctionnaire nommé par Enrico Letta, puis confirmé par son successeur, pour piloter la spending review, anglicisme qui désigne la réduction des dépenses publiques. Surnommé "Monsieur Ciseaux" - car son job est de tailler dans le gras du mammouth - par la presse italienne, Cottarelli s'est élevé contre la décision du gouvernement de financer à hauteur de 460 millions d'euros la retraite anticipée de 4 000 enseignants victimes d'une aberration du nouveau régime de retraite. En effet, les économistes sont unanimes pour affirmer que c'est l'excès de pression fiscale qui étouffe la reprise dans la péninsule. Enrico Letta, puis Matteo Renzi avaient donc juré que les douloureuses économies réalisées sur les dépenses publiques seraient entièrement destinées à la réduction des impôts. Au lieu de cela, elles seront utilisées... pour augmenter les dépenses. Mais il y a pire. Selon Cottarelli, "l'exécutif autorise des dépenses en indiquant que leur couverture sera trouvée en 2015 avec de nouvelles mesures d'économies." En clair, l'Italie dépense aujourd'hui ce qu'elle économisera, peut-être, demain.FrondeAprès l'orage, le crachin breton. Le ministre de l'Économie Pier Padoan a reconnu jeudi ce que tous les instituts de prévisions affirmaient depuis des semaines : la reprise dans la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant