Italie : un Afghan parcourt 400 km accroché sous un camion

le
0
Italie : un Afghan parcourt 400 km accroché sous un camion
Italie : un Afghan parcourt 400 km accroché sous un camion

Il a pris d'énormes risques pour atteindre l'Europe de l'Ouest. Un Afghan d'une vingtaine d'années a parcouru 400 km sur une autoroute italienne accroché sous un poids-lourd, avant d'être découvert à hauteur de Frosinone, 70 km au sud-est de Rome. Il s'était suspendu aux essieux à l'aide d'un harnais de fortune fait de ceintures en cuir.

 

Ce sont des automobilistes, qui avaient remarqué une présence anormale sous le camion sur ce bout d'autoroute reliant Naples à Rome, qui ont permis de découvrir le jeune homme.

 

Neuf cents euros versés à un trafiquant

 

Dans une interview à Sky TG24, le jeune homme a déclaré qu'il avait versé 900 euros à un trafiquant qui l'avait attaché sous le camion sur un ferry en Grèce, où il avait passé six mois dans un camp de réfugiés, à destination de  Brindisi, en Italie. Il a confié que ces 22 heures passées sous le camion avaient été dures mais pas insupportables. «J'ai vécu des choses bien plus dangereuses que ça en Afghanistan», a-t-il expliqué.

 

Du port italien de Brindisi à Frosinone, la police italienne a évalué ainsi son périple à 400 km (tweet ci-dessous). Les chauffeurs bulgares, qui étaient partis de Turquie à destination de l'Espagne, ont affirmé n'avoir rien su de leur passager clandestin et ont été autorisés à reprendre leur route.

 

 

#PoliziaStradale Frosinone ferma tir su A1 e salva giovane profugo agganciato sotto. Aveva viaggiato cosí per 400 km pic.twitter.com/eVQBfO3416

— Polizia di Stato (@poliziadistato) 23 août 2016

 

Sept jours pour quitter l'Italie

 

Epuisé par cette épreuve, le jeune homme, qui portait sur lui un document délivré par les autorités grecques aux réfugiés en transit, a été hospitalisé puis transféré dans un centre d'accueil pour migrants. Ne souhaitant pas déposer de demande d'asile en Italie, il a désormais sept jours pour quitter le pays.

 

Des travailleurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant