Italie-Trois arrestations dans une enquête anti-terroriste

le
0
 (Actualisé avec troisième arrestation, conférence de presse) 
    BARI, Italie, 10 mai (Reuters) - La police italienne a 
arrêté mardi trois personnes dans le cadre d'une enquête sur une 
cellule islamiste soupçonnée de préparer des attentats à Rome et 
à Londres, ont annoncé les autorités. 
    Cette cellule était établie dans les Pouilles, dans le 
sud-est de l'Italie, et planifiait "des attaques violentes en 
lien avec le terrorisme international en Italie et à 
l'étranger", précise le mandat d'arrêt. 
    Deux Afghans, dont l'un est soupçonné d'appartenir à un 
réseau terroriste international et l'autre de complicité 
d'immigration illégale, ont été interpellés, a déclaré dans un 
communiqué le ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano. 
    Un troisième homme, de nationalité pakistanaise, également 
soupçonné de complicité d'immigration illégale, a été arrêté un 
peu plus tard à Milan, selon une source policière.  
    La police a saisi leurs téléphones portables qui contenaient 
des images de lieux susceptibles d'être pris pour cible, comme 
des aéroports, des ports, des centres commerciaux et des hôtels 
à Rome, Londres et Bari, la principale ville des Pouilles, 
explique le mandat d'arrêt.  
    Les enquêteurs ont également découvert des images d'armes et 
de soldats américains mutilés. 
    Le mandat d'arrêt concerne cinq personnes au total qui 
résident toutes officiellement près de Bari, mais deux d'entre 
elles se trouvent actuellement en Afghanistan, a-t-on expliqué 
de source policière.  
    Le procureur de Bari Giuseppe Volpe a déclaré lors d'une 
conférence de presse qu'il n'y avait "absolument aucun indice de 
l'imminence d'un attentat en Italie", mais sa collègue 
Elisabetta Pugliese a estimé lors de la même conférence de 
presse que l'enquête était "préoccupante". 
    Le groupe basé à Bari est soupçonné d'être le maillon local 
ou d'avoir fourni un soutien logistique à une organisation liée 
au groupe djihadiste Etat islamique (EI), également active en 
France et en Belgique, précise le mandat d'arrêt. 
     
 
 (Vincenzo Damiani; Tangi Salaün et Marc Angrand pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant