Italie : Silvio Berlusconi touché, mais pas coulé

le
0
Silvio Berlusconi.
Silvio Berlusconi.

L'Italie a tourné mercredi une page de son histoire politique qui durait depuis vingt ans. À 17 h 43, la chambre haute a voté la déchéance parlementaire du sénateur Silvio Berlusconi, en vertu de sa condamnation à quatre ans de prison - réduits à un an - pour fraude fiscale. Une séance tendue, parfois solennelle et durant laquelle les sénateurs du PDL (Parti de la liberté, NDLR) ont tenté jusqu'au dernier moment de retarder le scrutin en faisant de l'obstruction. En vain. L'alliance entre le Parti démocrate (PD) et le Mouvement 5 étoiles ne laissait aucune chance au Cavaliere, qui a été exclu du Sénat par 191 voix contre 113. "Ce sont les funérailles de la démocratie, a déclaré le sénateur Romani, président du groupe PDL au Sénat. Le leader de la droite a été injustement chassé du Parlement". Pour le Mouvement 5 étoiles, en revanche, c'est une bonne nouvelle : "En Italie, la loi est finalement égale pour tous."Contrairement à ce qu'il avait annoncé, Silvio Berlusconi n'était pas présent dans l'hémicycle. Il a ainsi évité l'affront d'être raccompagné à l'extérieur entre deux commis après la lecture du résultat des votes. Petite consolation tout de même : Berlusconi touchera une indemnité de 180 000 euros et une retraite de 8 000 euros par mois..."Un géant trahi par des nains"

L'ancien président du Conseil n'a pas pour autant joué l'Arlésienne de cette journée historique. Alors que le Sénat statuait sur son sort, il a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant