Italie : Silvio Berlusconi condamné à 7 ans de prison dans le Rubygate

le
0
Italie : Silvio Berlusconi condamné à 7 ans de prison dans le Rubygate
Italie : Silvio Berlusconi condamné à 7 ans de prison dans le Rubygate

Silvio Berlusconi, l'ancien président du conseil italien, a été condamné lundi à 7 ans de prison par le tribunal de Milan dans l'affaire dite du Rubygate. La justice a prononcé également une interdiction d'exercer toute fonction publique à l'encontre de l'homme politique de 76 ans. Un total de six ans de prison avait été requis à son encontre.

Après deux ans de procès, l'audience consacrée à la décision sur le verdict avait débuté peu après 9h30, notamment avec le dépôt par la défense du Cavaliere d'un ultime «mémo» contenant ses arguments. Très vite, les trois magistrates qui ont décidé du sort du magnat se sont enfermées en «chambre du conseil» pour délibérer.

Le «Corriere della Sera», le premier quotidien italien, s'était fait l'écho d'un grand pessimisme dans le camp Berlusconi, son entourage le décrivant comme d'«humeur noire, prêt au pire». Plusieurs médias, dont le journal «La Stampa», ont souligné que Silvio Berlusconi percevait son soutien au gouvernement de coalition comme une protection contre les poursuites judiciaires. Mais en l'absence de cette protection, «son intérêt à soutenir le gouvernement disparaîtrait». Cette thèse a toutefois été démentie par son entourage.

Les soirées «bunga-bunga» ont été au c?ur des débats

Entamé en avril 2011, le procès tourne autour des dîners à l'ambiance débridée, décrits comme des «orgies» par le parquet de Milan, organisés au printemps 2010 dans la luxueuse villa de Silvio Berlusconi, à Arcore, près de Milan. Il s'agit des fameuses soirées «bunga-bunga», auxquelles a participé, entre autres, la jeune Marocaine Karima El Mahroug, alias «Ruby la voleuse de c?urs», qui avait 17 ans à l'époque.

Berlusconi et Ruby (AFP.)

La procureure Ilda Boccassini avait demandé une «peine de base de cinq ans de prison» pour abus de pouvoir (Berlusconi, alors Premier ministre, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant