Italie-Renzi exclut de participer à un gouvernement de transition

le
0
 (Actualisé avec citations, contexte) 
    ROME, 17 novembre (Reuters) - Le président du Conseil 
italien Matteo Renzi a indiqué mercredi qu'il ne ferait pas 
partie d'un gouvernement de transition ou d'un cabinet 
technocratique si la réforme constitutionnelle qu'il soumet à 
référendum le 4 décembre est rejetée. 
    Renzi a promis de démissionner si le "non", qui est donné 
gagnant par les instituts de sondage, l'emporte le mois 
prochain. 
    Nombre d'observateurs estiment que dans cette hypothèse un 
gouvernement de transition pourrait être constitué afin de 
réviser le système électoral. Une autre option serait la 
constitution d'un gouvernement "technique" composé d'experts 
sans affiliation partisane. 
    "Je ne suis pas du genre à négocier un accord avec d'autres 
partis pour constituer un petit gouvernement ou un gouvernement 
ayant un but limité (la réforme du système électoral)", a 
commenté Matteo Renzi. 
    "Je ne souhaite pas prendre part à des jeux politiques 
démodés. Soit on change, soit je n'ai aucun rôle à jouer", a 
poursuivi le chef du gouvernement. 
    La réforme constitutionnelle proposée par Renzi met fin au 
bicamérisme intégral en réduisant de manière significative le 
rôle et les prérogatives du Sénat afin, soutient-il, de 
simplifier la procédure législative et de limiter l'instabilité 
gouvernementale. 
    Les adversaires du projet affirment qu'il va compliquer 
l'adoption des lois et qu'il remet en cause l'équilibre des 
forces démocratiques. 
    L'actuel système électoral, introduit par Renzi au Parlement 
en 2015, prévoit un scrutin à deux tours qui octroie au 
vainqueur une solide majorité à la chambre des députés. 
    Le problème est que ce système ne concerne pas le Sénat et 
qu'un risque de blocage politique est possible si des élections 
législatives sont convoquées avec deux types différents de 
scrutin. 
    Les partis traditionnels, de gauche comme de droite, 
redoutent par ailleurs que la réforme favorise le Mouvement 5 
Etoiles (populiste et anti-système) qui, selon les enquêtes 
d'opinion, bénéficierait du scrutin à deux tours. 
    Un sondage de l'institut Cise pour le journal Il Sole 24 Ore 
montre jeudi que le "non" est crédité de 34% des intentions de 
vote contre 29% pour le "oui" tandis que 37% des électeurs se 
disent indécis ou prévoient de s'abstenir. 
     
 
 (Antonella Cinelli; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux