Italie-Renzi dit à l'Eglise de ne pas se mêler des unions gays

le
2
    ROME, 12 février (Reuters) - Le président du Conseil italien 
Matteo Renzi a demandé vendredi à l'Eglise catholique de ne pas 
intervenir dans le débat parlementaire sur le projet de loi 
reconnaissant aux homosexuels le droit de s'unir civilement et 
d'adopter sous certaines conditions. 
    Le président de la conférence des évêques italiens, Angelo 
Bagnasco, a appelé jeudi le Sénat a autoriser le vote secret 
lors du vote sur le projet de loi, expliquant que cela 
permettrait aux élus de voter selon leur conscience. 
    "C'est le Parlement qui décide s'il y a lieu d'autoriser ou 
non le vote secret (..), pas le président de la conférence des 
évêques", a déclaré Matteo Renzi lors d'un entretien à la RAI, 
la radio publique. 
    "Qu'il y a-t-il à craindre de deux personnes qui s'aiment? 
Pourquoi ne pas donner ces droits à deux personnes qui s'aiment? 
Le pays est majoritairement pour, c'est clair." 
    Selon les dernières sondages, 70% des Italiens estiment que 
les couples de même sexe doivent se voir accorder une protection 
juridique, notamment en matière de succession. Mais seulement 
24% estiment que les couples homosexuels devraient pouvoir 
adopter. 
    Le projet de loi en discussion accorde aux couples non 
mariés, qu'ils soient hétérosexuels ou homosexuels, le droit 
d'hériter de la pension de retraite de leur conjoint.  
    Une fois approuvé par le Sénat, le texte doit aller devant 
la Chambre des députés pour approbation définitive. 
    L'Italie est la seule des grands puissances européennes 
occidentales à ne pas autoriser le mariage civil entre personnes 
de même sexe. 
     
 
 (Steve Scherer et Massimiliano Di Giorgio; Danielle Rouquié 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 12 fév 2016 à 13:46

    La morale est priée de se tenir éloignée des affaires de la société politique...

  • aperalma le vendredi 12 fév 2016 à 13:15

    C'est ainsi la véritable laïcité, la séparation des Eglises et de l'Etat...Merci Monsieur Renzi de rappeler ainsi indirectement à la France les principes de la laïcité sans tomber dans un intégrisme de type religieux où tout se mêle dans le n'importe quoi