Italie : quitte ou double pour Silvio Berlusconi

le
0
Revenu au pouvoir en mai 2008, le président du Conseil italien affronte mardi un vote de confiance au Parlement.

S'il devait être battu demain lors d'un vote de confiance au Parlement, comme le réclament conjointement l'opposition de gauche et son ex-allié et président de la Chambre Gianfranco Fini, Silvio Berlusconi n'aurait d'autre alternative que se démettre. En revanche, s'il obtient la confiance des deux Chambres, ne serait-ce que d'une courte tête, il aurait les mains libres pour reprendre l'initiative politique, remanier son gouvernement, élargir sa majorité ou demander au chef de l'État de convoquer de nouvelles élections.

Ce vote clarifiera une situation politique devenue au fil des mois extrêmement confuse et «beaucoup trop tendue», comme le déplore le président de la République, Giorgio Napolitano. «L'Italie traverse un moment difficile», a-t-il confié samedi à son homologue autrichien, Heinz Fischer.

Berlusconi se dit «certain» d'obtenir mardi la confiance. Il devrait l'avoir sans difficulté au Sénat. Le score sera plus serré à la Chambre des députés, compo

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant