Italie - Nibali : « Fabio me doit un dîner »

le
0

Vincenzo Nibali est revenu dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport sur les performances de son compatriote et ami Fabio Aru durant ce Tour de France 2017.

Il est l'un des seuls cadors du cyclisme mondial à avoir zappé le Tour de France 2017. Vincenzo Nibali, troisième du dernier Giro, ne participe pas à la Grande Boucle, mais il a tout de même un ½il avisé sur ce qu'il se passe de l'autre côté des Alpes, d'autant plus que c'est son compatriote, ancien coéquipier chez Astana et collègue d'entraînement, qui porte le maillot jaune, Fabio Aru. « Quand nous sommes à la maison à Lugano, on s'entraîne ensemble et on avait fait un pari avant le Tour. Maintenant que Fabio est en jaune, il devra nous payer un dîner. Gasparotto (Enrico, son coéquipier chez Bahreïn-Merida, ndlr) choisira le restaurant, car il s'y connait, et ce sera important de bien boire et de bien manger », s'amuse le Requin de Messine dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport.

Nibali : « Fabio est dans la forme de sa vie »

Ensuite un peu plus sérieux, Nibali dit tout le bien qu'il pense de son compatriote, de six ans son cadet. « Il y a encore beaucoup de route, mais Fabio a eu raison d'attaquer et de prendre le maillot jaune quand il le pouvait. Son attaque fait mal sur des pentes comme ça. Il est dans la forme de sa vie et tout a l'air sous contrôle pour le moment. J'ai découvert le potentiel de Fabio en 2013 quand il a fait ses débuts sur le Giro et qu'il m'a aidé à le gagner. Il savait qu'il était fort, même s'il ne s'attendait pas à le montrer si tôt. »

Nibali : « Fabio me pose beaucoup de questions »

Nibali avait attendu son troisième Tour de France pour monter sur son premier podium (3eme en 2012). Mais Aru pourrait bien attendre moins longtemps, lui qui dispute actuellement sa deuxième Grande Boucle. Et ce n'est pas la seule différence entre les deux Italiens. « Nous sommes similaires, mais également différents, résume Nibali. Il est plus grimpeur que moi. J'ai plus de puissance mais il est plus agile. Je suis plus lourd, alors que lui pèse 59kg, ce qui fait la différence dans les montées. Je suis aussi un petit peu meilleur que lui sur le contre-la-montre. Fabio est une éponge. Il est très observateur. Il me pose beaucoup de questions sur l'entraînement, la nutrition, le leadership d'équipe. Il est très déterminé, même s'il ne le montre pas. Il aime se fixer des objectifs et ne jamais se relâcher tant qu'il ne les a pas atteints. » Et si son objectif est de terminer en jaune à Paris, Chris Froome and co n'ont qu'à bien se tenir...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant