Italie : Matteo Renzi présente un gouvernement pour «redonner l'espoir»

le
0
Italie : Matteo Renzi présente un gouvernement pour «redonner l'espoir»
Italie : Matteo Renzi présente un gouvernement pour «redonner l'espoir»

Le chef du centre gauche Matteo Renzi a accepté officiellement vendredi soir la mission de former le nouveau gouvernement italien, à l'issue d'un entretien de deux heures et demie avec le président de la République, Giorgio Napolitano. Le maire de Florence a dans la foulée présenté son gouvernement «mince», composé de 16 ministres dont huit femmes. Une parité jusqu'ici inédite. Une grande partie des noms avaient été anticipés par la presse. La cérémonie de prestation de serment du plus jeune gouvernement jamais désigné en Italie (avec un âge moyen de près de 48 ans) est prévue samedi matin.

Assurant sentir une grande «responsabilité» en raison de la «délicatesse» de la situation, Matteo Renzi, qui bénéficie d'une grande popularité, a affirmé qu'il ferait «tout son possible pour mériter la confiance des millions d'Italiennes et d'Italiens qui attendent des réponses concrètes de la part de ce gouvernement». Cet homme pressé de 39 ans avait  poussé son prédécesseur Enrico Letta, ex-numéro deux du Parti démocrate (PD), vers la sortie, dix jours seulement après avoir affirmé que son gouvernement devrait durer 18 mois.

L'économiste Pier Carlo Padoan pour donner des gages à Bruxelles

Pier Carlo Padoan a été nommé au poste-clé de l'Economie et des Finances. Ce serait le président Giorgio Napolitano qui aurait imposé sa nomination à Matteo Renzi. Pier Carlo Padoan a l'avantage d'être à la fois un économiste reconnu et une personnalité respectée sur la scène internationale. Il était avant cette nomination numéro deux de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

C'est une façon de donner des garanties à Bruxelles alors que la troisième économie de la zone euro émerge difficilement de deux ans de profonde récession. L'Italie est toujours très endettée (plus de 130% du PIB). L'économiste est en outre considéré comme proche du Parti Démocrate (PD), dont Matteo ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant