Italie : Matteo Renzi «oublie» l'Europe

le
0

Le président du Conseil italien a sacrifié la politique étrangère dans ses discours devant le Parlement.

Rome

Est-ce un «oubli», une «coupable négligence» ou la volonté délibérée de prendre ses distances avec une Europe qui impose ses commandements à l'Italie, à l'approche d'élections européennes qui devraient voir une flambée europhobe, comme le pays n'en a jamais connu?

Toujours est-il que Matteo Renzi, dans les discours prononcés lundi et mardi devant le Parlement lors du débat d'investiture de son gouvernement, a délibérément sacrifié la politique étrangère et, en particulier, le cordon ombilical qui rattache l'Italie à l'Europe. Ou plutôt il en a parlé de manière négative en déclarant: «Nous ne nous ferons pas dicter notre ligne de conduite par Bruxelles. Nous ne voulons pas que l'Italie s'aligne sur une Europe faite de virgules et de pourcentages. Nous voulons une Europe à laquelle l'Italie apporte une contribution fondamentale parce...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant