Italie : Mario Monti s'installe dans la durée

le
0
La convocation de législatives anticipées en novembre n'est plus d'actualité.

Rome

Ne demandez pas à Mario Monti s'il compte briguer la présidence du Conseil l'an prochain. Las de répéter qu'il n'aspire à jouer aucun rôle politique à la fin de son mandat qui coïncidera avec la fin de la législature en avril 2013, le chef du gouvernement italien répond aussitôt qu'il est pris d'un «accès de surdité».

Faut-il y voir l'une de ses fameuses boutades ou l'amorce d'un changement de stratégie qui lui commande la prudence? Toujours est-il que le clan de ses fans qui voudraient le voir poursuivre son œuvre dans la prochaine législature ne cesse de grossir. Le ministre de la Coopération internationale, le catholique Andrea Riccardi, n'hésite plus à dire publiquement qu'il voit en lui une «référence culturelle» pour conduire «une phase de transition vers une troisième République».

Une chose est certaine: son gouvernement «technique» constitué le 16 novembre dernier pour sauver l'Italie d'une débâcle financière ne court plus le risque

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant