Italie : les trois crises de Matteo Renzi

le
0
Plusieurs chantiers d'ampleur attendent le président du Conseil Matteo Renzi.
Plusieurs chantiers d'ampleur attendent le président du Conseil Matteo Renzi.

On le croyait maître absolu du jeu politique transalpin. Mais après l?hémorragie des deux millions de votes subie par le Parti démocrate (PD) aux récentes élections régionales partielles, Matteo Renzi voit les nuages s?amonceler.

Refus des quotas d'immigrés

Ce sont les régions de la Lombardie et de la Vénétie, dirigées par des gouverneurs de la Ligue du Nord, qui ont ouvert le premier front en refusant d?accepter les quotas d?immigrés clandestins que leur destinait le ministère de l?Intérieur. En effet, la majorité des 75 000 demandeurs d?asile présents sur le territoire, dont 52 000 arrivés depuis le début de l?année, est hébergée dans les régions du Sud, Sicile, Campanie et Lazio notamment. Alors que la Lombardie n?accueille que 8 % de la totalité, la Vénétie 4 % et le Val d?Aoste? 0,08 %. C?est néanmoins trop pour Roberto Maroni, gouverneur de la Lombardie, qui menace de couper les ressources des municipalités de sa région qui accepteraient de nouveaux demandeurs d?asile, et appelle les citoyens à occuper les préfectures pour éviter « l?invasion ».

Signe que c?est désormais la Ligue qui dicte la ligne à suivre à toute la droite, le gouverneur Forza Italia de la Ligurie s?est associé à cette démarche. Certes, Renzi a beau jeu de rappeler que c?est Roberto Maroni qui, lorsqu?il était ministre de l?Intérieur, avait instauré le système de répartition entre les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant