Italie : les trois cauchemars de Berlusconi

le
0
Silvio Berlusconi lors du procès du Rubygate, le 19 octobre 2012 à Milan.
Silvio Berlusconi lors du procès du Rubygate, le 19 octobre 2012 à Milan.

La perte de son siège de sénateur met à dure épreuve l'ego de Silvio Berlusconi. Le Cavaliere, qui se considère, avec de Gaulle et Churchill, comme "le plus grand homme d'État du siècle" et affirme avoir été "effleuré par le Seigneur", a perdu le sommeil depuis sa condamnation pour fraude fiscale le 1er août dernier. "Berlusconi souffre d'une névrose narcissique, explique dans le quotidien La Repubblica le psychanalyste Luigi Cancrini. Il est entièrement concentré sur sa propre image et, depuis quelques semaines, la réalité des faits ne cesse de contredire cette image." Trois cauchemars occupent les nuits sans sommeil du Cavaliere.La première épreuve est le vote de mercredi soir sur sa déchéance du Sénat. Berlusconi avait annoncé qu'il serait présent dans l'hémicycle et qu'il y prononcerait un "discours historique". Mais ses avocats lui ont expliqué qu'à l'issue du scrutin, le président du Sénat prononcerait la phrase rituelle : "Je prie les commis d'accompagner le sénateur Berlusconi hors de l'hémicycle." Plutôt que d'être expulsé manu militari tel un voleur de poules entre deux gendarmes, l'ancien président du Conseil a donc renoncé à cette intervention."Un parcours de rééducation"Les affronts ne font pourtant que commencer pour le Cavaliere. Condamné dans les affaires Mediaset et Ruby, Berlusconi devra choisir dans quelques semaines entre les arrêts domiciliaires et les travaux d'intérêt général. Les arrêts domiciliaires sont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant