Italie : les enjeux du prochain référendum

le
1
Arrivé au pouvoir avec l'ambition de réformer tous azimuts, Matteo Renzi joue son va-tout avec cette réforme constitutionnelle qui renforce le rôle de la Chambre des députés. (© A. Solaro / AFP)
Arrivé au pouvoir avec l'ambition de réformer tous azimuts, Matteo Renzi joue son va-tout avec cette réforme constitutionnelle qui renforce le rôle de la Chambre des députés. (© A. Solaro / AFP)

Après le plébiscite pro-Brexit puis l’élection de Donald Trump, les voix anti-establishment vont-elles de nouveau l’emporter ?

À quelques jours du référendum italien, le scénario d’un «non» tient la corde avec environ 55% d’intentions de vote contre 45% pour le «oui», selon les sondages.

C’est d’ailleurs une différence de taille avec les scrutins anglais et américain : un vote de rejet est cette fois-ci attendu, mais incertain puisqu’un quart des Italiens étaient indécis à quelques jours du scrutin.

Le référendum du 4 décembre porte sur une réforme constitutionnelle limitant fortement les pouvoirs du Sénat, aujourd’hui à égalité avec la Chambre des députés. Un bicaméralisme parfait qui est source de blocages. 

En amont, a aussi été votée une nouvelle loi électorale – baptisée Italicum – massivement rejetée par l’opposition, qui donne une forte prime de majorité au parti qui arrive en tête aux élections. L’ambition de Matteo Renzi, aux manettes depuis février 2014, est d’en finir avec l’instabilité politique chronique dont souffre le pays.

Atonie de l’économie

Mais en liant son sort à l’issue du référendum, le président du Conseil a pris le risque de transformer la consultation en vote pour ou contre sa personne. Or sa popularité pâtit de la situation économique, entre croissance atone, dette publique endémique (133% du PIB) et

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 5 jours

    Il a perdu d'avance. L'Italie c'est la France en pire.... c'est peu dire... Réformer les masses d'assistés....par l'ETAT... ou par les M aa fi as