Italie : les ébouriffantes promesses de Matteo Renzi

le
0
Matteo Renzi, président du Conseil italien.
Matteo Renzi, président du Conseil italien.

Matteo Renzi a abattu ses cartes. Au cours d'une conférence de presse attendue hier avec frénésie, le président du Conseil a annoncé les mesures qu'il entend appliquer durant "les 100 prochains jours qui changeront l'Italie". Dans un pays où la pression fiscale est l'une des plus élevées au monde, 55 % du PIB, toute l'attention était portée sur les impôts. Et les attentes n'ont pas été déçues. L'ancien maire de Florence a annoncé à partir du 1er mai un abaissement des impôts de 10 milliards d'euros. Réservé aux salariés gagnant moins de 25 000 euros par an, ce bonus fiscal représente une économie annuelle de 1 000 euros pour 10 millions de familles. Un choc pour l'économie qui devrait relancer la consommation et dont Matteo Renzi a détaillé les couvertures financières : 3 milliards économisés grâce à la baisse des taux d'intérêt sur les titres souverains, 6,4 milliards en provenance des coupes des dépenses publiques, et un déficit public inférieur à 3 % du PIB qui consent une marge de manoeuvre.Mais le gouvernement n'a pas oublié les entreprises en baissant de 10 % l'Irap, une taxe qui augmente de coût du travail. Une mesure financée par l'augmentation de 20 à 26 % des taxes sur les rentes financières, un taux qui correspond à la moyenne européenne. Et Matteo Renzi ne s'est pas arrêté là. L'exécutif destinera 1,7 milliard pour les logements sociaux et 3,5 milliards à l'urbanisme scolaire, bien mal en point dans la péninsule....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant