Italie-Le PD baisse après le départ d'une ministre-sondage

le
1
    ROME, 10 avril (Reuters) - Le Parti démocrate (PD) du 
président du Conseil italien Matteo Renzi a perdu du terrain 
dans l'opinion publique ces dernières semaines après la 
démission d'une ministre citée dans une enquête sur des soupçons 
de trafic d'influence, montre un sondage publié dimanche.  
    Cette enquête Demos pour le quotidien La Repubblica attribue 
30,1% d'intentions de vote au PD si des élections législatives 
avaient lieu aujourd'hui, son score le plus faible depuis l'été 
dernier.  
    Federica Guidi a démissionné il y a dix jours de son poste 
de ministre de l'Industrie après la publication d'écoutes 
téléphoniques réalisées par la police dans lesquelles elle 
semble promettre à son compagnon qu'un texte de loi favorable 
aux investissements de celui-ci dans l'énergie sera adopté. 
  
    Matteo Renzi a déclaré samedi avoir vécu une semaine 
"difficile".  
    Le chef du gouvernement reste la personnalité politique la 
plus populaire d'Italie mais sa cote personnelle a légèrement 
baissé depuis février et elle a diminué de près de moitié depuis 
le pic de l'été 2014, peu après la victoire sans appel de son 
parti aux élections européennes. 
    Dans le sondage Demos, le parti "anti-système" Mouvement 5 
Etoiles (M5S) n'est qu'à moins de trois points du PD en terme 
d'intentions de vote.  
    Si un second tour avait lieu en application de la réforme 
électorale adoptée l'an dernier, le PD disposerait d'une courte 
avance sur le centre-droit, très divisé, mais il serait battu 
par le M5S.  
    Les prochaines législatives italiennes sont prévues en 2018 
mais l'instabilité de la coalition gouvernementale alimente 
régulièrement les spéculations sur la possibilité d'un scrutin 
anticipé.  
           
 
 (Isla Binnie; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.