Italie: le paquebot Concordia redressé à partir de lundi

le
0

Le paquebot Concordia, échoué depuis plus d'un an et demi sur l'île toscane du Giglio, sera redressé à partir de lundi à 4H00 GMT, "si les conditions météo le permettent", a annoncé le commissaire en chef du projet pour le gouvernement jeudi.

"Si les conditions de météo marine le permettent, les opérations commenceront lundi à 4H00 GMT", a déclaré Franco Gabrielli, chef de la protection civile au cours d'une conférence de presse à Rome.

Il a souligné que "la décision (finale, ndlr) serait annoncée dimanche à 14H00" (12H00 GMT), en rappelant que c'est "une opération qui n'a jamais été réalisée avant". Elle devrait démarrer à l'aube et finir théoriquement 7 ou 8 heures plus tard.

"Une fois que le bateau entamera la rotation, la force de gravité est énorme, on ne pourra pas l'arrêter", a expliqué Nick Sloane, un Sud-Africain, expert international des renflouages de bateau qui travaille pour l'américain Titan, chargé avec l'Italien Micoperi des opérations.

Sergio Girotto responsable du projet pour Micoperi a refusé de parler de sentiment optimiste ou de peur: "nous sommes habitués à raisonner comme des ingénieurs, nous avons l'esprit tranquille sur le plan technique".

Selon M. Gabrielli, il faut faire l'opération en septembre, et pas attendre le printemps 2014 "car il y aurait un risque majeur pour le redressement", à cause des dommages d'une ampleur inconnue subis par la partie de la coque appuyée sur les rochers. Il a précisé qu'il "n'y a pas de plan B" à cette opération dont le risque n'est "pas que le navire se brise en deux" mais plutôt que "le navire ne parvienne pas à pivoter".

Pendant l'opération de retournement, de l'eau contaminée et des "matériaux solides" présents sur le navire (moquettes, ameublement, etc..) en sortiront, selon le préfet Gabrielli, mais "tout sera fait pour éviter toute contamination ou dégradation", a précisé Maria Sargentini, présidente de l'Observatoire de l'environnement. Un système de pompage et de bouées anti-pollution a été mis en place.

Des centaines d'ingénieurs et techniciens sont mobilisés depuis plus d'un an et demi pour préparer le paquebot de croisières de 290 mètres de long et 114.500 tonnes à l'épreuve très délicate et complexe de "parbuckling" (rotation).

Le navire s'était échoué le 13 janvier 2012 faisant 32 morts dont deux n'ont pas été retrouvés, sur un total de 4.229 personnes à bord entre passagers et membres d'équipage venus de 70 pays.

Après les opérations de sauvetage et récupération des corps qui s'étaient prolongées pendant plusieurs jours après le naufrage, les opérateurs avaient mis plusieurs semaines à vider les réservoirs pleins de gazole.

Le navire, complètement couché sur le flanc droit, a été ensuite stabilisé grâce à des centaines de sacs de ciment placés par des plongeurs au fond de la mer et la création d'une plateforme (de la taille d'un terrain de football) pour laquelle il a fallu forer le sous-sol marin, sur lequel viendra reposer le navire.

Une fois terminée la rotation au moyen d'énormes câbles d'acier reliés à des tourelles installées pour l'occasion, le paquebot sera consolidé dans sa position verticale. Ce n'est que dans plusieurs semaines, probablement plusieurs mois, qu'il sera renfloué et remorqué loin du Giglio.

Le coût de l'opération dépasse déjà les 600 millions d'euros et "il augmente", a précisé Franco Porcellacchia, chef du projet pour Carnival, le groupe américain qui contrôle la compagnie Costa. Il est entièrement pris en charge par l'armateur.

Le Giglio, île qui dépend fortement du tourisme, fait partie du Parc national de l'archipel toscan, considéré comme la plus grande réserve marine d'Europe. Les eaux profondes entourant l'île regorgent de poissons, notamment des thons, tandis que les récifs submergés abritent des murènes, des langoustes, des moules géantes et des crabes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant