Italie : le pape ouvre au public les jardins de Castel Gandolfo

le
0
Italie : le pape ouvre au public les jardins de Castel Gandolfo
Italie : le pape ouvre au public les jardins de Castel Gandolfo

Les somptueux jardins de la résidence d'été des papes à Castel Gandolfo, dans les Castelli Romani, au sud-est de Rome, sont désormais accessibles au public sur décision de François, ont annoncé ce lundi Radio Vatican et les Musées du Vatican.

Le directeur des Musées, Antonio Paolucci, a expliqué que le pape avait décidé de rendre accessibles ces jardins «où la splendeur de l'art et la gloire de la nature se marient en un admirable équilibre». «Il fallait un homme comme François pour rendre ce rêve praticable et accessible à tous. Au printemps 2014, le pape François ne pouvait faire un plus beau cadeau», a ajouté Antonio Paolucci.

Du lundi au samedi, depuis ce 1er mars, des visites guidées d'une durée d'une heure et demie sont disponibles en anglais et en italien. Des personnes ou des groupes doivent s'inscrire à l'avance sur internet. La visite n'est pas bon marché. Il faut compter un tarif global fixe de? 450 ? pour un groupe jusqu'à 15 personnes !

Ancienne villa d'un empereur romain

La propriété, avec une vue imprenable sur le lac d'Albano, comprend notamment les vastes jardins Barberini et une ferme modèle d'une trentaine d'hectares créée de toutes pièces sous le pontificat de Pie XII (1939 - 1958).

Elle se trouve sur le site d'une ancienne villa construite par Domitien (81-96), dernier empereur de la dynastie des Flaviens. Des ruines d'un théâtre impérial et un portique sont encore visibles. Elle a été une résidence des papes depuis le XVIIe siècle, et Pie XII et Paul VI y sont morts en 1958 et 1978.

En vertu des Accords de Latran signés en 1929 entre le régime de Mussolini et Pie XI, la Villa était demeurée propriété extra-territoriale du Saint-Siège.

Depuis un an que François est pape, il n'y a jamais séjourné, contrairement à Benoît XVI, préférant travailler au Vatican plutôt que de risquer d'être isolé dans ce cadre enchanteur. Cette absence a suscité un certain ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant