Italie : le marché obligataire se détend

le
0

En Italie, après de nombreux échecs, c'est finalement le président sortant de 87 ans, G. Napolitano, qui a été réélu à la présidence du pays à une très large majorité (738 voix sur 997). En dehors du mouvement 5 étoiles, tous les grands partis ont choisi cette solution qui se veut provisoire afin de résoudre la crise actuelle. Monsieur Napolitano va sans doute imposer un gouvernement de technocrates afin de mener les réformes institutionnelles et budgétaires, puis devrait amender la loi électorale qui a conduit au blocage actuel, avant de démissionner. En effet, l'age avancé de Monsieur G. Napolitano laisse présager qu'il n'ira pas au bout de son mandat de 7 ans. Surtout qu'il a l'air d'avoir accepté cette novuelle charge en traînant les pieds : « Pourquoi donc ne me laissez-vous pas me reposer ? » a-t-il lancé le matin de son élection. De son côté, le chef du Parti Démocrate, M. Bersani, a pris acte de son isolement et de son incapacité à faire élire les candidats qu?il avait soutenu (Marini, puis Prodi) et a donc démissionné. Le taux à 10 ans italien se détend ce matin, les investisseurs espèrent qu'une solution à la crise actuelle sera trouvée rapidement.

Monsieur Amato, qui du haut de ses 74 ans fait figure de jeune homme à côté du président réélu, est pressenti pour prendre la tête du nouveau gouvernement. Monsieur Amato a déjà été premier ministre deux fois et est un professeur de droit respecté de tous les grands partis politiques (en dehors, bien entendu, du mouvement 5 étoile qui condamne la classe politique dans son ensemble).

Le marché des obligations souveraines italiennes n'a pas été perturbé par les récents déboires politiques du pays. Deux facteurs ont joué un rôle de stabilisateur :

  • 2/3 de la dette publique italienne en circulation est désormais détenue par des investisseurs domestiques. Par ailleurs, les nouvelles émissions sont en grande partie absorbées par les banques du pays et les ménages italiens
  • ensuite, les politiques monétaires accommodantes menées par les banques centrales, la derrnière en date étant le quantitative easing géant de la Banque du Japon, ont permis aux obligations italiennes qui offrent un rendement plus intéressant que la plupart de celles des pays développés, d'attirer les investisseurs à la recherche de rendement

Le taux à 10 ans italien se situe actuellement à 300/330 bp au dessus du taux allemand. Cet écart reflète les faibles prévisions de croissance (le PIB ne devrait pas croître en Italie avant la fin de l'année) et la situation budgétaire compliquée (le ratio de dette sur PIB ne devrait pas décroitre avant 2014 selon Eurostat). Toutefois, avec la résolution de la crise chypriote, ce spread s'est resserré au cours des dernières semaines et le mouvement pourrait perduré jusqu'à 275 bp environ. Sur les niveaux de taux allemands actuels, cela situerait le 10 ans italien à 4% environ.

Conclusion

Le marché obligataire a réagi positivement ce matin à la réélection de Monsieur Napolitano à la présidence du pays, malgré son grand âge. La crainte des investisseurs était que des élections générales aient lieu trop tôt (nous pensons qu'elles devraient avoir lieu d'ici la fin de l'année), et débouchent sur un nouveau parlement ingouvernable, ce qui aurait pû déstabiliser les marchés financiers... Cette réélection permet donc de gagner du temps et d'espérer qu'une solution à la crise actuelle soit trouvée dans les mois à venir par un gouvernement institutionnel qui mènerait les réformes structurelles attendues par les marchés et la Troïka et modifierait la loi électorale actuelle.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux