Italie-Le M5S remporte l'élection municipale à Ostie

le
0
    ROME, 20 novembre (Reuters) - Le Mouvement 5 étoiles (M5S) a 
remporté largement l'élection municipale à Ostie, ville 
portuaire de 230.000 habitants à la périphérie de Rome, lors 
d'un second tour entaché d'accusations d'ingérence de la Mafia. 
    Doublant son score du premier tour, Giuliana Di Pillo, la 
tête de liste du M5S, a obtenu 60% des voix au second tour, 
dimanche, contre 40% pour Monica Picca, la candidate de centre 
droit. Ce scrutin, à quelques mois des prochaines élections 
législatives, était suivi de près dans la Péninsule. 
    Ce résultat montre que les ennuis judiciaires de la mairie 
M5S de Rome, dirigée par Virginia Raggi depuis son élection en 
juin 2016, n'ont pas entamé la popularité du mouvement populiste 
dans la région. 
    "Il y a un effet Raggi et il est favorable", a réagi sur 
Twitter Luigi Di Maio, candidat du M5S pour le poste de 
président du Conseil. 
    Le M5S est actuellement le parti le plus populaire en 
Italie, à l'approche des législatives qui doivent avoir lieu de 
mars à mai, tandis que le Parti démocrate (PD, centre gauche au 
pouvoir), est relégué en deuxième position, selon un sondage 
rendu public la semaine dernière. 
    Une alliance de centre droit regroupant Forza Italia (parti 
de Silvio Berlusconi), la Ligue du Nord et le parti de la droite 
dure Fratelli d'Italia (Frères d'Italie) arriverait en tête des 
législatives, sans toutefois remporter une majorité 
parlementaire, selon les sondages. 
    Le PD n'avait pas réussi à se qualifier pour le second tour 
des municipales à Ostie. La précédente direction municipale de 
la ville, de centre gauche, avait été dissoute voici deux ans, 
la police ayant établi qu'elle était tombée sous l'influence du 
crime organisé. 
    La campagne de ces municipales, cette année, a été entachée 
d'accusations sur les liens présumés entre le parti néo-fasciste 
CasaPound, qui a remporté plus de 9% des voix au premier tour et 
aura un siège au conseil municipal, et le crime organisé.  
    Dix jours avant le second tour, Robert Spada, frère d'un 
chef de gang emprisonné, a agressé un journaliste de la RAI 
(télévision publique) qui posait des questions sur le soutien 
affiché publiquement par Spada à CasaPound. 
 
 (Steve Scherer; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant