Italie : le gouvernement Letta confirmé après le soutien surprise de Berlusconi

le
0
Italie : le gouvernement Letta confirmé après le soutien surprise de Berlusconi
Italie : le gouvernement Letta confirmé après le soutien surprise de Berlusconi

La vie politique en Italie réserve bien des surprises. Après la volte-face de Silvio Berlusconi qui avait initialement cherché à le faire chuter, le gouvernement d'Enrico Letta a largement remporté un vote de confiance crucial organisé mercredi au Sénat.

Les sénateurs ont été 235 sur 307 présents (majorité absolue à 153) à voter en faveur d'une motion de soutien à l'exécutif Letta, qui unit de façon inédite depuis avril le centre gauche et le centre droit. 70 sénateurs ont voté contre.

Dans un retournement de situation dont il a le secret, Silvio Berlusconi avait renouvelé quelques minutes plus tôt sa confiance au gouvernement de coalition gauche-droite. Le Cavaliere, âgé de de 77 ans, a brusquement fait marche arrière alors qu'il avait lui-même provoqué la rupture et une crise politique samedi en ordonnant aux cinq ministres de son camp de centre droit de démissionner.

Selon tous les experts, le «geste fou» de rupture de Silvio Berlusconi était motivé par sa crainte de perdre d'ici à la mi-octobre son siège de sénateur et donc son immunité parlementaire, après sa condamnation définitive le 1er août à une peine de prison pour fraude fiscale.

Le Cavaliere a eu peur de se retrouver isolé au sein de son parti

«Nous avons décidé, non sans débats internes, de voter la confiance», a déclaré Silvio Berlusconi, disant avoir été convaincu par les promesses de Letta d'abaisser la fiscalité notamment sur le travail et de garantir la possibilité de juger les magistrats outrepassant la procédure. «L'Italie a besoin d'un gouvernement capable de faire les réformes», a-t-il dit, avant le vote crucial du Sénat. Après cette brève allocution, accueillie par un silence de stupeur, Letta lui a serré la main en signe de remerciement.

De nombreuses tractations avaient eu lieu toute la matinée, après un discours très ferme d'Enrico Letta qui avait parlé de «risque fatal» pour l'Italie en cas de chute ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant