Italie-Le fonds bancaire devrait prendre 90% de Pop Vicenza-sces

le
0
    par Andrea Mandala et Gianluca Semeraro 
    MILAN, 29 avril (Reuters) - Le nouveau fonds de soutien au 
secteur bancaire italien devrait détenir environ 90% du capital 
de Popolare di Vicenza, l'augmentation de capital de 1,5 
milliard d'euros lancée par la banque ayant suscité une demande 
très faible, a-t-on appris de trois sources proches du dossier.  
    Popolare di Vicenza, qui devaient annoncer les résultats de 
son offre publique de vente en fin de journée vendredi, s'est 
refusée à tout commentaire.  
    Le fonds "Atlante" (Atlas en français) a été créé dans 
l'urgence dans le but de renflouer des établissements de crédit 
et d'éviter une nouvelle crise de confiance dans le secteur.  
    Alimenté par 67 institutions financières, principalement 
italiennes, il a annoncé vendredi avoir levé 4,25 milliards 
d'euros, un montant situé dans le bas de la fourchette de quatre 
à six milliards visée initialement. 
    Si la faiblesse de la demande pour Popolare di Vicenza est 
confirmée, le fonds risque donc de devoir d'emblée consacrer 
près d'un tiers de ses capitaux à un seul dossier.  
    Alessandro Penati, le président de la société 
d'investissement Quaestio, chargée de gérer le fonds, a déclaré 
que celui-ci se fixerait pour objectif de vendre ses parts de 
Vicenza au bout de 18 mois.  
    Il était impossible dans l'immédiat de déterminer si 
Popolare di Vicenza, contrainte de lever des capitaux frais par 
la Banque centrale européenne (BCE), disposerait d'un flottant 
suffisant pour être cotée en Bourse la semaine prochaine comme 
prévu initialement.  
    Le flottant minimal requis est de 25% mais la Bourse de 
Milan peut faire des exceptions.  
    Penati a précisé que le fonds de soutien visait un rendement 
annuel d'environ 6% et qu'il consacrerait 70% de ses liquidités 
à des investissements au capital des banques en difficulté.  
    Le reste, a-t-il ajouté, sera utilisé pour acheter des 
tranches junior de dettes à risque de banques, à un prix 
supérieur à celui offert par les fonds spécialisés dans les 
titres à risque mais pas à leur valeur comptable, ce qui 
implique que les banques concernées devront passer des charges 
de dépréciation.  
    Des traders ont expliqué que cette annonce avait contribué à 
la baisse marquée des valeurs bancaires vendredi à Milan.  
    UniCredit  CRDI.MI  a fini la journée en repli de 5,28%.   
    Selon des analystes, le fonds Atlante pourrait disposer de 
capitaux suffisants pour racheter entre 20 et 35 milliards 
d'euros de créances douteuses, une estimation à rapporter au 
montant global de 360 milliards des créances douteuses du 
secteur. 
     
 
 (Andrea Mandala et Gianluca Semeraro, avec Paola Arosio; Marc 
Angrand pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant