Italie : le bras droit du Cavaliere se rebelle

le
0
Angelino Alfano et Enrico Letta, en avril 2013.
Angelino Alfano et Enrico Letta, en avril 2013.

Le Premier ministre Enrico Letta se préparait à l'épreuve du vote de confiance sur son gouvernement prévu mercredi en espérant profiter des divisions inédites qui secouent le parti de centre droit de Silvio Berlusconi. "Faire tomber le gouvernement serait une erreur [...], il faut prendre en compte le contexte international et européen", a argué un autre ancien inconditionnel du milliardaire, le député Fabrizio Cicchitto. Le Peuple de la liberté (PDL) est agité de soubresauts depuis l'ordre-surprise de démission donné samedi par le magnat des médias aux cinq ministres de son parti participant au gouvernement de coalition droite-gauche d'Enrico Letta. Ceux-ci, réputés modérés, se sont pliés au bon vouloir de leur chef, mais ils ont critiqué ouvertement sa stratégie, Angelino Alfano, ex-bras droit du Cavaliere, allant jusqu'à se dire "berlusconien autrement".

Selon les médias, après une réunion de l'état-major du PDL, le Cavaliere s'est retrouvé de nouveau en tête à tête avec Angelino Alfano après un entretien très houleux la veille au soir. De mémoire de commentateur, c'est la première fois que cet avocat sicilien de 42 ans défie son mentor. Mardi, il a appelé "tout le parti" à voter la confiance mercredi au gouvernement d'Enrico Letta, en défi ouvert au Cavaliere. "Je reste fermement convaincu que notre parti tout entier doit voter demain la confiance à Letta", a-t-il déclaré. "Nous avons assez de gens, nous sommes plus de 40...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant