Italie : la volte-face de Berlusconi signe l'explosion d'un système

le
0
Italie : la volte-face de Berlusconi signe l'explosion d'un système
Italie : la volte-face de Berlusconi signe l'explosion d'un système

Silvio Berlusconi a créé la surprise, ce mercredi après-midi, en appelant finalement les parlementaires italiens à voter la confiance au gouvernement d'Enrico Letta, après avoir menacé du contraire. Quatre jours après avoir provoqué une crise politique en appelant les ministres de son parti à démissionner, sa déclaration a été accueillie par un silence stupéfait dans l'assemblée. Les commentateurs de la vie politique italienne, eux, y ont vu l'explosion d'un système au sein duquel Berlusconi était omnipotent.

«Tout un monde s'écroule», titrait mercredi la Repubblica, avant la dernière pirouette de Berlusconi. Celui-ci n'est pas parvenu à convaincre ses troupes du PDL (Peuple de la Liberté) de faire tomber le gouvernement Letta comme il le souhaitait. Il en a conclu que «la seule solution raisonnable était de réunir ensemble les forces de centre gauche et de centre droit».

La révolte de son n°2

Le symbole le plus fort de la perte d'influence du Cavaliere est la révolte d'Angelino Alfano. Le n°2 du PDL lui doit pourtant sa carrière. Du temps où il était son ministre de la Justice, Alfano a rédigé des lois l'ayant tiré de ses nombreux déboires judiciaires. Il a aussi accepté sans broncher d'être chassé de la tête de liste aux élections (de février 2013) où Berlusconi l'avait placé avant de se raviser et de prendre sa place.

Pour la première fois, cet avocat sicilien de 42 ans s'est opposé publiquement à son mentor, lorsque celui-ci l'a contraint à démissionner de son poste de vice-Premier ministre et de ministre de l'Intérieur. Il a carrément appelé à voter la confiance au gouvernement que Berlusconi voulait faire tomber.

«C'est Spartacus et la révolte des esclaves», s'est amusé «Il Fatto Quotidiano» (gauche). Nombre d'Italiens sont stupéfaits de la métamorphose d'Alfano. Les -toujours- fidèles du Cavaliere s'indignent d'un Brutus, semblable au fils parricide de César, qui «s'en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant