Italie : la thérapie de choc du patronat

le
0
La Confindustria propose une réforme radicale de la fiscalité pour baisser le coût du travail et doper les exportations. En pleine campagne électorale, les idées du patronat ont été saluées par les principaux partis.

Baisse du coût du travail, réduction de l'impôt sur les sociétés, investissement massif dans les infrastructures, lutte contre la fraude fiscale: jamais le patronat italien n'avait proposé un programme aussi musclé pour relancer la croissance de la péninsule.

Pour sauver une économie en pleine crise, le président de la Confindustria, Giorgio Squinzi, prône une «thérapie de choc». L'heure est grave en Italie. Le PIB a reculé de 2,1% en 2012 et devrait encore reculer de 1% en 2013, selon le FMI. Le taux de chômage des jeunes s'élève à 35%. La consommation est en chute libre.

«Changer radicalement de route»

«Il faut changer radicalement de route par rapport à ce qui a été fait depuis quinze ans!», affirme le patron des patrons. La...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant