Italie : «La RAI doit participer à la reconstruction culturelle»

le
0
INTERVIEW - À sa manière, Lorenza Lei, la directrice générale de la télévision publique italienne, entend contribuer au changement des mentalités dans l'ère Monti

Lorenza Lei est la première femme à diriger la RAI, la télévision publique italienne, un «mammouth» qui compte plus de 12.000 salariés pour treize chaînes et doit, dans cette période d'austérité, repenser son organisation tout en préservant, voire en restaurant, la qualité d'un service public qui a subi le choc des années Berlusconi.

LE FIGARO. - Au pouvoir pendant presque vingt années, Silvio Berlusconi a profondément modifié le paysage audiovisuel italien et imposé sa marque. La télévision publique doit-elle redresser le cap?

Lorenza LEI. -La télévision a toujours joué un rôle clé, indépendamment des gouvernements. La RAI a évolué, mais elle doit rester fidèle à sa mission de service public. Je pense qu'elle a su trouver un équilibre entre l'information et le divertissement. Bien sûr, il y a beaucoup de choses que je voudrais changer, mais ces transformations demandent du temps. C'est une machine lourde.

Quelles transformations souhaitez-vous?

L'Ital

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant