Italie : l'Europe revient en bouc émissaire

le
0
Brocardée par nombre de politiques, l'Europe pourrait être la grande victime collatérale des élections générales des 24 et 25 février.

L'Europe, qui fut tout au long de la campagne prise pour cible par des candidats en quête de suffrages populaires, pourrait bien être la grande victime collatérale de ce scrutin. Entre l'humoriste Beppe Grillo qui promet d'organiser un référendum sur la sortie de l'euro, Silvio Berlusconi qui a maintes fois dénoncé l'«hégémonie égoïste de l'Allemagne», et la Ligue du Nord qui ne jure que par la constitution d'une «macrorégion» autonome entre Piémont et Vénétie, la petite musique antieuropéenne qui a bercé ce débat politique n'aura sans doute pas laissé les électeurs indifférents.

Silvio Berlusconi, qui affirme avoir été chassé du pouvoir en novembre 2011 à la suite d'un complot ourdi par les dirigeants européens, fut dans cette veine l'un des plus inspirés. Ne ratant jamais une occasion de présenter Mario Monti comme la m...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant