Italie : l'avenir politique de Berlusconi suspendu à un vote des sénateurs

le
0
Italie : l'avenir politique de Berlusconi suspendu à un vote des sénateurs
Italie : l'avenir politique de Berlusconi suspendu à un vote des sénateurs

Les jours du Cavaliere en politique sont comptés même si cela a été souvent dit et écrit. Une commission spéciale du Sénat a commencé lundi à se pencher sur le sort de Silvio Berlusconi, avant un vote qui a de fortes chances d'aboutir à son exclusion du parlement après sa condamnation pour fraude fiscale.

La probabilité que M. Berlusconi soit prochainement expulsé du Sénat, en vertu de la loi Severino adoptée en 2012, après sa condamnation définitive le 1er août à une peine de prison (quatre ans dont trois amnistiés), a continué d'agiter les eaux politiques italiennes. M. Berlusconi conteste l'application de cette nouvelle législation, pourtant votée à l'époque massivement par son parti de centre droit le PDL, et a menacé au cas où sa déchéance et son inéligibilité seraient prononcées de faire tomber le gouvernement d'Enrico Letta.

Le camp Berlusconi conteste une loi qu'il a voté

La commission pour les élections et l'immunité a débuté ses travaux vers 14 heures en donnant la parole à Andrea Augello, représentant du PDL, qui a prévu un exposé-fleuve de deux heures. Principal argument du camp Berlusconi, qui en parallèle a déposé un recours en ce sens à la Cour européenne des Droits de l'homme de Strasbourg et voudrait aussi solliciter la Cour européenne de Justice à Luxembourg : la loi Severino vient s'appliquer «rétroactivement» aux faits reprochés au Cavaliere.

«La loi est égale pour tous», a rappelé ces derniers jours le président du Sénat, Piero Grasso, en citant la devise affichée dans tous les tribunaux italiens. Le fait que Berlusconi - qui a fait l'objet depuis son entrée en politique en 1994 de multiples poursuites pour faux en bilan ou corruption - n'ait pas démissionné de son poste représente «une exception dans le panorama des démocraties occidentales», a rappelé Nichi Vendola, du petit parti de gauche SEL.

En parallèle, des tractations se poursuivraient en coulisses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant