Italie : jet de bananes contre la ministre de l'Immigration

le
0
Italie : jet de bananes contre la ministre de l'Immigration
Italie : jet de bananes contre la ministre de l'Immigration

Mais où s'arrêtera la déferlante raciste dont est victime la ministre de l'Immigration italienne d'origine congolaise ? Après les insultes et un appel au viol, Cecile Kyenge a essuyé un jet de bananes lors d'un meeting vendredi. Un acte qui a suscité l'indignation dans la classe politique et sur les réseaux sociaux.

Depuis sa nomination en avril, la ministre s'évertue à ouvrir un débat sur le droit du sol. Elle notamment souhaite que la nationalité italienne soit accessible à tous ceux qui sont nés dans le pays même si leurs parents sont étrangers.

Les ministres solidaires de leur collègue

La ministre s'exprimait lors d'un meeting du parti démocratique (gauche) lorsqu'un spectateur non-identifié lui a lancé des bananes ratant la tribune. Cecile Kyenge a immédiatement réagi en dénonçant «un gaspillage de nourriture». Avant le lancé de bananes, l'organisation d'extrême droite Forza Nuova avait déposé des poupées grandeur nature recouvertes de sang factice, pour illustrer son slogan «l'immigration tue». L'organisation a assuré n'avoir rien à voir avec le jet de bananes.

A la suite de cet incident, la ministre de l'Environnement, Andrea Orlando, a exprimé sa «très vive indignation pour cet acte minable» via Twitter. Sa collègue en charge de l'agriculture a elle souligné, toujours sur le site de micro-blogging, que Cecile Kyenge avait «montré que face à des actes idiots et violents, la meilleure arme [était] parfois l'ironie».

Déferlante raciste contre la ministre

Ce n'est pas la première fois que Cecile Kyenge est la cible d'insultes racistes. Depuis sa nomination au sein du gouvernement Letta, la première ministre noire de la république transalpine est régulièrement traitée de « Guenon noire » et « zouloue ».

La Ligue du nord, parti allié au Peuple de la liberté de Sylvio Berlusconi actuellement dans l'opposition s'est montrée très virulente. En juillet, l'un de ses dirigeants Roberto ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant