Italie (J8) : Insultes, penalty raté, défaite : Mauro Icardi a vécu un calvaire avec l'Inter

le
0
Italie (J8) : Insultes, penalty raté, défaite : Mauro Icardi a vécu un calvaire avec l'Inter
Italie (J8) : Insultes, penalty raté, défaite : Mauro Icardi a vécu un calvaire avec l'Inter

L’Inter s’est inclinée à San Siro contre Cagliari à l’occasion de la 8eme journée de Serie A (1-2), dimanche. Auteur d’un penalty manqué, Mauro Icardi a été méchamment pris à partie par les supporters nerazzurri qui lui reprochent certains passages de son autobiographie.

Pour Mauro Icardi, c’était un dimanche pourri. Parce que l’Inter Milan a perdu à domicile contre le promu Cagliari (1-2) et s’enfonce dans la crise. L’Argentin a aussi loupé un penalty en première période. Mais ce qui s’est passé sur la pelouse de San Siro est secondaire par rapport à l’ambiance abominable qui règne entre le capitaine milanais et ses supporters. La raison ? La sortie de l’autobiographie de l’attaquant de 23 ans où ce dernier égratigne certains supporters de la très influente Curva Nord qui l’avaient tancé il y a un an et demi. Alors qu’il tentait d’offrir son maillot à des supporters mécontents après une défaite de l’Inter en février 2015 contre Sassuolo, le Sud-Américain avait insulté les fans qui l’avaient rembarré en lui renvoyant sa tunique. L’incident semblait clos, mais l’autobiographie a ravivé le malaise.

L’autobiographie de la discorde

« J’enlève mon maillot et mon short pour l’offrir à un enfant. Un homme lui arrache des mains et me le relance avec dégout. J’avais envie de le frapper pour son geste de batard. Je l’ai insulté. (...) Dans le vestiaire, j’ai été acclamé comme une idole. Les dirigeants avaient peur pour moi, mais j’étais prêt à affronter les supporters un par un. Ils ne savent pas que j’ai grandi dans un des quartiers avec le plus haut taux de criminalité en Argentine. Ces supporters sont 50 ? 100 ? 200 ? Pas grave, je leur ramène une centaine de criminels argentins pour les tuer ici à Milan. J’avais fait exprès d’exagérer pour leur montrer que je ne céderai jamais aux menaces. » Des propos déplacés et surréalistes qui ont mis le feu aux poudres.

« Tu n'es pas un homme, tu es une pauvre merde »

La Curva Nord n’a pas tardé à réagir dans un communiqué qui ne manquait pas de piquant. « Avec Icardi, la rupture est totale. Nous ne voulons plus de ce clown comme capitaine. Qu’on lui retire le brassard. » Ambiance. Pendant la rencontre, les insultes et les banderoles ont fusé : « Tu utilises un enfant pour te justifier et nous balancer de la merde au visage. Tu n'es pas un homme, tu n'es pas un capitaine, tu es une pauvre merde. » « Tu racontes des conneries pour faire vendre ton livre. Tu n’es qu’un mercenaire. » Voilà pour le florilège. Ces messages, d’une violence inouïe, traduisent le climat exécrable qui plane en ce moment chez les Lombards.

La Lazio arrache un point

Les Nerazzurri se retrouvent mal en point avec un seul point pris en trois matchs, Frank de Boer a du souci à se faire. L’Inter est onzième du championnat et accuse déjà un retard assez conséquent sur les têtes d’affiche (10 points de retard sur la Juve, 5 sur la Roma). D’autres peuvent compter sur leur bonne étoile, comme la Lazio Rome. Menés au score par Bologne, les Romains ont égalisé à la 97eme minute grâce à un penalty de Ciro Immobile. Un nul qui permet aux Laziali de revenir à hauteur du Napoli (3eme).
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant