Italie-Grand meeting de la droite à Bologne, Berlusconi présent

le
0

BOLOGNE, Italie, 8 novembre (Reuters) - Les formations conservatrices de la Péninsule ont uni leurs forces dimanche lors d'un grand meeting à Bologne, en promettant de coopérer pour contrer et faire tomber le gouvernement du président du Conseil de centre gauche, Matteo Renzi. Le rassemblement était organisé à l'initiative de la Ligue du Nord, parti anti-immigration dirigé par Matteo Salvini, 42 ans, qui a éclipsé Forza Italia de Silvio Berlusconi pour devenir la plus importante force de la droite italienne. Silvio Berlusconi, 79 ans, fait profil bas depuis qu'il a été reconnu coupable d'évasion fiscale et interdit de fonction publique, en 2013, mais il a tout de même participé au rassemblement de Bologne, tout comme Giorgia Meloni, dirigeante du petit parti de la droite ultra Fratelli d'Italia (Frères d'Italie). "Avec cette unité retrouvée, consistant à rester ensemble, à lutter ensemble, nous remporterons les prochaines élections", a lancé Silvio Berlusconi, ancien président du Conseil, devant les dizaines de milliers de personnes massées sur la grand-place de Bologne. La foule agitait les drapeaux de la Ligue du Nord, de Forza Italia et de Fratelli d'Italia et scandait des slogans hostiles à Matteo Renzi et à son gouvernement : "Rentre chez toi, Renzi! Libérons-nous, prenons un nouveau départ!" Le centre droit est souvent apparu divisé depuis les lendemains des élections législatives de 2013, remportées par le Parti démocrate (PD, centre gauche) de Renzi. La Ligue du Nord s'est cantonnée dans une opposition résolue au gouvernement tandis que Silvio Berlusconi oscillait entre une opposition molle et un certain degré de coopération avec Renzi. Les derniers sondages en date créditent la Ligue du Nord de 14% d'intentions de vote, en troisième position derrière le PD de Renzi (31%) et le Mouvement 5 étoiles (M5S, parti anti-système), à 27%. Forza Italia est distancée à 12% et Fratelli d'Italia est à 4,5%. Si ces trois partis de droite unissaient leurs forces, ils seraient à même de menacer la prééminence du PD, seul grand parti au centre gauche. Les prochaines législatives doivent avoir lieu en 2018. D'ici là, des municipales se tiendront l'année prochaine à Rome, Milan, Naples ou encore Bologne. Matteo Renzi a subi un revers samedi, avec la formation, par un groupe d'anciens dissidents du PD qui ont rompu avec le parti en dénonçant une dérive droitière, d'un nouveau mouvement appelé Gauche italienne. (Stefano Rellandini; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant