Italie: Enrico Letta nouveau chef de gouvernement

le
0
Italie: Enrico Letta nouveau chef de gouvernement
Italie: Enrico Letta nouveau chef de gouvernement

Sera-t-il le sauveur de son pays et l'homme qui rassure les marchés financiers ? Le numéro deux du Parti démocrate (PD, gauche), Enrico Letta, a été chargé mercredi de former un gouvernement par le président Giorgio Napolitano. Agé de 46 ans, enfant prodige de la politique italienne, Enrico Letta va tenter de mettre fin à deux mois de crise politique.

Homme à la réputation de prudence, il est «très jeune, selon les standards italiens», a ironisé le président de la République Giorgio Napolitano, qui vient d'être réélu à bientôt 88 ans. Au moment où les citoyens exigent un renouvellement dans les hautes sphères du pays, son âge a sans doute joué un rôle déterminant dans le choix du président.

S'il accède, comme c'est probable, au poste de président du Conseil - il doit d'abord procéder à des consultations avec toutes les forces politiques -, il sera l'un des plus jeunes premiers ministres de l'Union européenne.

Un conservateur moral mais libéral en économie

Conservateur sur le plan des moeurs, très prudent sur des réformes comme celles concernant l'avortement, Enrico Letta est un catholique modéré. Sur le plan économique, il est également mesuré, prônant par exemple la libéralisation des services. Comme son parti, il a soutenu sans réserve le gouvernement de techniciens de Mario Monti, qui a imposé à l'Italie une cure d'austérité.

Même s'il n'a jamais ménagé ses critiques contre le Cavaliere Berlusconi lorsque celui-ci était au pouvoir, sa parenté avec Gianni Letta pourrait être une passerelle entre l'état-major du PD et celui du Peuple de la liberté (PDL). Ces deux formations, condamnées désormais à s'entendre, se sont insultées pendant des années, tant la personnalité de Berlusconi déclenchait les passions.

Sa première déclaration va faire réagir le reste de l'Europe. «Il faut changer la direction des politiques européennes (...) En Europe, les politiques d'austérité ne...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant