Italie-Enquête sur deux chefs de gare après la collision de mardi

le
0
    BARI, Italie, 14 juillet (Reuters) - Deux chefs de gare sont 
visés par une enquête au surlendemain de la collision de deux 
trains dans laquelle 23 personnes ont trouvé la mort du sud de 
l'Italie, a-t-on appris jeudi de sources judiciaires. 
    Les deux trains se sont percutés mardi alors qu'ils 
circulaient en sens inverse sur la même voie dans les Pouilles. 
En plus des 23 morts, l'accident a fait des dizaines de blessés. 
    Faute de signalisation sur la voie, les chefs de gare sont 
chargés de se contacter lorsqu'un train emprunte l'une des deux 
directions. 
    La justice et la police cherchent à reconstituer le fil des 
événements et à identifier les responsabilités. Elles 
s'interrogent également sur l'absence de deuxième voie alors que 
l'Union européenne s'est engagée à la financer. 
    Les deux chefs de gare travaillaient à Corato et à Andria, 
les deux villes entre lesquelles l'accident s'est produit. 
    Une troisième personne est visée par une enquête mais son 
identité n'a pas été révélée. 
    Cité par la presse italienne, Vito Piccarreta, directeur de 
la gare d'Andria, a dit avoir joué un rôle dans la catastrophe 
tout en excluant être le seul responsable. 
    "J'ai laissé passer le train. C'est moi qui ai donné le 
signal", a-t-il dit selon La Stampa, indiquant par ailleurs que 
la confusion régnait ce jour-là en raison de multiples retards. 
    Un enquêteur cité par la Repubblica a de son côté évoqué la 
vétusté d'infrastructures devenues de plus en plus dangereuses à 
mesure qu'augmentait le nombre de trains en circulation. 
 
 (Vincenzo Damiani,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant